QUELQUES PARAMÈTRES DE LA REPRODUCTION DUpdf
CRATEROPE FAUVE TURDOIDES FULVUS (DESFONTAINES, 1789)
DANS LA REGION DU SOUF
ABABSA L1, SEKOUR M.2, SOUTTOU K.2, ALLAL A.1 et DOUMANDJI S.3
1.Laboratoire Bio ressources Sahariennes : Préservation et valorisation,Univ. Ouargla, Ouargla, Algérie.
2.Département d’Agropastoralisme, Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, Univ. Ziane Achour-Djelfa(U.Z.A.D.), 17000 Algérie.
3.Lab. Ornithologie, Dép. Zool. Agri. et Forest., Ecole Nationale Supérieur Agronomique, El Harrach, Alger, Algérie


Résumé : Durant la période expérimentale de la période 2008/2009, nous avons pu recenser 26 nids du Cratérope fauve dans la région du Souf. Cette espèce construit ses nids sur différents supports se trouvant dans son habitat. Dans la région d'étude, cette espèce préfère le Palmier dattier et l'Olivier avec un nombre de 9 nids pour chaque support soit un taux de 69,2 % du total des nids recenser. L'Oranger avec un nombre de 4 nids vient en deuxième position (15,4 %). Il a été recensé un seul nid sur Acacia (Acacia sp.), Genévrier de Phénicie (Juniperus phoenicea), le grenadier (Punica granatum) et la vigne (Vitis vinifera) soit un taux 3,85 % pour chaque support. Concernant l'orientation des nids, il est à constater que le Cratérope fauve évite le Nord à cause des vents dominants. Les nids se trouvent dans des endroits dont la végétation est dense, cet emplacement rend l'accès et même la vision du nid difficile ce qui représente une sorte de sécurité en évitant ainsi la pénétration des prédateurs. Les hauteurs des nids recensés sont comprises entre 90 cm et 250 cm. Le nombre d'oeufs est de 3 à 4 oeufs /nid. L'oeuf est de couleur bleue verdâtre avec une forme ovoïde. La couvaison dure 15 jours, avec une même durée pour la période de nourrissage.

Mots clés : Cratérope fauve, reproduction, nid, région, Souf. Abstract: During the experimental period of 2008/2009, we were able to identify 26 wild Babbler nests in the region of Souf. This species builds its nests in different formats found in their habitat. In the study area, this species prefers the date palm and olive with a number of 9 nests for each support a rate of 69.2 % of total nests identified. Orange with a number of nests 4 is second (15.4%). It was identified a single nest on Acacia (Acacia sp.), Phoenician juniper (Juniperus phoenicea), pomegranate (Punica granatum) and grapes (Vitis vinifera) Rate is 3.85% for each substrate. Regarding the direction of the nests, it should be noted that the Babbler fawn avoids the North because of prevailing winds. Nests are located in places where vegetation is dense, this site makes access and even the vision of the nest which is a difficult sort of security by preventing the penetration of predators. You can also find several nests in the same medium. The heights of the nests were recorded between 90 cm and 250 cm. The number of eggs is 3 to 4 eggs / nest. The egg is blue with a green egg-shaped. The incubation lasts 15 days, with the same duration for the period of feeding.

Keywords: Babbler, reproduction, nest, area, Souf

Introduction
Parmi les passériformes qui occupent les palmeraies des Oasis algériennes le Cratérope fauve, espèce endémique du Sahara, vit en groupe (grégaire), souvent peu farouche mais discret. Peu de travaux ont été réalisés sur cette espèce, notamment ceux de [1], qui a signalé sa présence au Sahara algérien, il a signalé aussi la distribution des différentes sous espèces du Cratérope fauve dans son étude des oiseaux du Tassili Najjer. [2] ont réalisé une étude sur la systématique et la reproduction de l'espèce, [3] ont présenté son identification, comportement et sa nidification. [4] a signalé cette espèce dans les nouvelles palmeraies des régions de Kébili et de Tozeur (Sud tunisien). En Algérie les études concernant la bioécologie de cette espèce restent absentes, notamment sur le régime alimentaire et la reproduction.
Présentation de la région d'étude Le Souf est une petite région comprise entre les coordonnées (33° à 34° N. ; 6° à 8° E.). Aux confins septentrionaux de l’Erg Oriental (Fig. 1).

Il est limitée à l’Ouest par la traînée des chotts de l’Oued-Rhigh, au Nord par les chotts Merouane, Melrhir, et Rharsa, et par l’immense chott tunisien El-Djerid qui le borde à l’Est [5].

Au Sud par Oued Mya. Les deux régions se caractérisent par une période sèche qui s'étale sur toute l'année avec une pluviosité irrégulière et rare et se localisent dans l'étage bioclimatique aride à hiver doux.

Méthodologie de travail
A chacune des visites dans les stations d'étude, une fouille systématique des arbres est entreprise. Pour chaque nid trouvé, il est à mentionner son état (oiseau couvant, nombre d'oeufs,
nombre de poussins…), son emplacement, son support, son orientation, et ses matériaux de construction. Plusieurs paramètres ont été pris en considération notamment la hauteur de l'arbre (HS) ; distance du nid au sol (HS), les dimensions des nids, dates de nidification, la taille de la ponte, les dimensions des oeufs, le
rythme de la ponte et la durée d’incubation.
Résultats
Durant la période expérimentale allant depuis juillet 2008 à Mai 2009, 26 nids du Cratérope fauve sont recensés. 12 nids dans la station de Daouia et 14 nids dans la station d'Agab.

1. – Situation des nids de Turdoides fulvus
dans les stations de Daouia et d’Agab
Dans les deux stations, 34,5 % des nids du Cratérope fauve sont placés sur Phoenix dactylifera (n = 26), 34,5 % sur Olea europaea (n = 26), 15,4 % sur Citrus sp. (n =26) et 3,9 % pour chacune des espèces Juniperus phoenicea ; Acacia sp. ; Vitis vinifera et Punica granatum (n = 26).

Dans la station de Daouia, 75 % des nids recensés sont placés sur Olea europaea et 25 % sur Phoenix dactylifera (n = 12).

Par contre dans la station d'Agab 42,9 % des nids de Turdoides fulvus sont placés sur Phoenix dactylifera, suivis par 28,7 % sur Citrus sp. et 7,1 % pour chacune des espèces Juniperus phoenicea ; Acacia sp. ; Vitis vinifera et Punica granatum (n = 14). Pour ce qui est de l'exposition des nids de ce prédateur, par rapport aux deux stations ensemble, 12 nids sont placés au milieu du support (46,2 %), 6 nids vers l'est (23,2 %), 2 nids vers le sud-est (7,7 %) et 2 nids vers l'ouest (7,7 %), 1 nid vers le nord (3,8 %), 1 nid vers nord-ouest (3,8 %), 1 nid vers nord-est (3,8 %) et 1 nid vers le sud (3,8 %). Dans la station de Daouia, 6 sur 12 nids sont placés au milieu du support (50,1 %), 3 nids vers est (25 %), 1 nid vers le nord (8,3 %), 1 nid vers nord-ouest (8,3 %) et 1 nid vers le sud-est (8,3 %). En outre à Agab, 6 nids sur 14 sont placés au milieu du support (43 %), 3 nids sont exposés vers l'est (21,4 %), 2 nids sont orientés vers l'ouest (14,3 %), 1 nid vers le sudest (7,1 %), 1 nid vers le sud (7,1 %) et nid vers nord-est (7,1 %) (Tab. 1).

 

 

 2 – Hauteurs des nids du Cratérope fauve par rapport au sol dans les stations de Daouia et d'Agab
    Dans les deux stations ensemble la distance entre la base du nid de Turdoides fulvus et le sol fluctue entre 0,6 et 2,5 m avec une moyenne de 1,6 ± 0,54 m (n = 26) (Tab. 2). Dans la station de Daouia, la hauteur des nids par rapport au sol varie entre 0,9 et 2,5 m avec une moyenne de 1,6 ± 0,59 m (n = 12). Cependant dans la station d'Agab, elle fluctue entre 0,6 et 2,5 m avec une moyenne de 1,6 ± 0,49 m (n = 14). Il est à remarquer que cette espèce place ses nids à des distances assez près du sol. D'une part cette espèce fréquente beaucoup plus la strate herbacée, il est très souvent sur terre et d'autre part pour faciliter l’approvisionnement des jeunes en proies.
 

3. – Dimensions des nids de Turdoides fulvus
dans les stations de Daouia et d'Agab
Dans les deux stations d'étude, les valeurs du grand diamètre des nids recensés varient entre 18 et 20 cm avec une moyenne de 18,8 ± 0,84 cm (n = 5). Le petit diamètre est compris entre 8,5 et 11 cm et une moyenne de 9,8 ± 0,96 cm (n = 5). La profondeur des nids fluctue entre 5 et 7,5 cm avec une moyenne de 6,6 ± 1,02 cm (n = 5). La hauteur des nids varie entre 9 et 17 cm avec une moyenne de 13,8 ± 4,6 cm (n = 5) (Tab. 3).

4. – Ponte et éclosion des oeufs du Cratérope fauve dans les stations d'étude
Dans la station d'Agab, 4 oeufs sont pondus dans le même nid, à raison d’un seul par 24 h. Le premier est déposé par la femelle le 14 février et le dernier le 17 février 2009. La durée d'incubation est de 15 à 16 jours. Elle est suivie par des éclosions le 2 et le 3 mars. Dans le nid pris en considération dans la station de Daouia le 1er oeuf est pondu le 22 février et le 4ème le 25 février 2009, les dates des éclosions des oeufs sont comprises entre le 9 et le 10 mars.
Dans les deux cas, la durée d’incubation est de 16 jours. Il est utile de constater le regroupement dans le temps des éclosions. Il est
vraisemblable que la couvaison ne commence qu’à partir de l’émission du 3ème oeuf.
4.1. - Taille de la ponte de Turdoides fulvus dans les stations de Daouia et d'Agab
Dans les deux stations d'étude ensemble, les valeurs de la taille de la ponte de Turdoides fulvus se situent entre 3 et 4 oeufs (n = 7). Les nids à 3 oeufs sont au nombre de 4 (57,1 %) et 3
nids à 4 oeufs (42,9 %). Dans la station de Daouia, le nombre d'oeufs pondus par nid est de 4 oeufs (n = 2) (Tab. 4). Cependant dans la station d'Agab,
le nombre d'oeufs pondus varie entre 3 et 4 oeufs par nid. Les nids à 3 oeufs sont bien représentés (n = 4; 80 %), face à un seul à 4 oeuf (20 %) (Tab. 4).

4.2. – Poids et dimension des oeufs du Cratérope fauve observés dans les stations d'étude
Les valeurs des poids des oeufs du Cratérope fauve fluctuent entre 2,5 et 4,1 g avec une moyenne de 4,2 ± 0,27 g (n = 9) (Tab. 5).

Les valeurs des poids des oeufs du 9ième nid varient entre 2,5 et 4 g avec une moyenne de 3,5 ± 0,71 g (n = 3). Celles du 13ième nid, fluctuent entre 3,8 et 4 avec une moyenne de 4,0 ± 0,12 g (n = 3) et les poids des oeufs du 14ième nid égalent à 4 g pour chacune des oeufs (n = 3).

Après l'analyse de la variance, il est à constater qu'il n’existe pas une différence significative entre le poids des oeufs trouvés dans les trois nids (F observé = 0,91 < F théorique = 5,14; ddl = 2; p = 0,45).

Les mesures des grands axes varient entre 22 et 24,5 mm avec une moyenne de 23,57 ±1,37 mm (n = 9). Les valeurs des grands axes des oeufs du 9ième nid varient entre 22 et 22,5 mm avec une moyenne de 22,4 ± 0,24 mm (n = 3). Celles du 13ième nid fluctuent entre 22 et 25,2 mm avec une moyenne de 23,9 ± 1,36 mm (n = 3).

Les valeurs du 14ième nid sont comprises entre 23,5 et 25,5 mm avec une moyenne de 24,5 ± 0,80 mm (n = 3).

L'analyse de la variance a permis de constater qu'il n’existe pas une différence significative entre la longueur du grand axe des oeufs trouvés dans les trois nids (F observé = 2,91 < F théorique = 5,14; ddl = 2; p = 0,13). Quant au petit axe, ses valeurs se situent entre 15,5 et 18,6 mm (moy. = 17,2 ±1,29 mm) (n = 9).

Les valeurs des petits axes du 9ième nid varient entre 15,5 et 16 mm avec une moyenne de 15,8 ± 0,24 mm (n = 3).

Le 13ième nid présente des valeurs qui fluctuent entre 16 et 18,6 mm avec une moyenne de 17,6 ± 1,16 mm (n = 3).

Celles du 14ième nid sont comprises entre 18 et 18,5 mm avec une moyenne de 18,2 ± 0,24 mm (n = 3).

Après l'analyse de la variance, il est à noter qu'l existe une différence significative entre la longueur du petit axe des oeufs trouvés dans les trois nids (F observé = 6,16 > F théorique = 5,14; ddl = 2; p = 0,03).
5. - Contrôle des oeufs depuis la ponte jusqu'à l’envol des oisillons de Turdoides fulvus dans les stations d'étude
Les nombres d'oeufs notés dans les nids suivis du Cratérope fauve varient entre 3 et 4 oeufs par ponte avec une moyenne des pontes égale à 3,43 ± 0,49oeufs par nid (n = 7). Le nombre d'oeuf éclos fluctue entre 2 et 4 oeufs avec une moyenne de 3 ± 0,53 oeufs par nid (n = 7) (Tab. 6). Les effectifs de jeunes par couvée qui se sont envolés sont compris entre 1
et 3 jeunes avec une moyenne égale à 2,29 ± 0,70 jeune (n = 7). Pour ce qui concerne le taux des oeufs éclos, il varie entre 66,7 et 100 % avec une moyenne de 88,09 ± 13,99 % (n = 7), le taux de jeunes qui ont atteint le stade de l'envol par rapport aux oeufs éclos fluctue entre 50 et 100 % avec une moyenne égale à 75 ± 17,25 % (n = 7) et le taux de jeunes qui ont atteint le stade de l'envol par rapport aux oeufs pondus varie entre 33,3 et 100 % avec une moyenne égale à 67,86 ± 23,75% (n = 7) (Tab. 6).

Réferences
[1] Heim de Balsac, H. 1926. Contribution à l’ornithologie du Sahara central et du Sud algérien. Ed. Imprimerie La Typo-litho, Alger, 127 p.
[2]Heim de Balsac, H. et Mayaud, N. 1962. Les oiseaux du Nord-Ouest de l’Afrique. Ed. Lechevalier P., Paris, 485 p.
[3]Etchecopar, R. D. et Hüe, F. Les oiseaux du Nord de l’Afrique, de la Mer Rouge aux Canaries. Ed. Boubée et Cie, Paris, 1964. 606 p.
[4]Selmi, S. 2000. Données nouvelles sur les avifaunes des oasis du Sud tunisien. Alauda, ; 68 (3) : 201-212.
[5]Voisin, P. 2004. Le Souf, Ed. El-Walid, El- Oued, 190 p.