LES STEPPES ALGÉRIENNES: CAUSES DE DÉSÉQUILIBREpdf

 NEDJIMI Bouzid et GUIT Brahim

 Laboratoire d’Exploration et de Valorisation des Écosystèmes Steppiques

 Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, Université de Djelfa, 17000 Djelfa, Algérie

 

 Résumé- Les steppes algériennes, situées entre les isohyètes 100 à 400 mm, couvrent plus de 20 millions d’hectares d’une végétation basse et rabougrie, soumise à une exploitation humaine très accentuée. La vocation des steppes est principalement l’élevage extensif d’ovins, complété par une céréaliculture aléatoire. De nos jours, le constat majeur est celui d’une diminution de la superficie de ces steppes due à une dégradation parfois extrême. Le tout est aggravé par des sécheresses périodiques plus ou moins sévères et prolongées. La croissance démographique permanente et le désir de l’amélioration du revenu familial, associés à la précarité climatique, ont été à l’origine d’une profonde transformation du milieu naturel en steppe algérienne. Cette transformation s’observe par la genèse d’un certain nombre de phénomènes, indicateurs de la dégradation du milieu. Parmi les plus frappants, on cite essentiellement la détérioration de la qualité des parcours avec la baisse de leur productivité, la salinisation et désertification des sols et enfin, l’érosion des ressources génétique et la baisse de la biodiversité. Dans le but de contribuer à une meilleure connaissance des zones steppiques, pour une plus grande prise de conscience de la complexité du développement rural et de l’état actuel de dégradation qu’a connu ces régions fragiles, il a été jugé à la fois opportun et utile de réaliser une mise au point sur les profonds changements, accélérés durant la décennie écoulée, notamment les causes naturelles et anthropiques de déséquilibre de ces écosystèmes.

 Mots clés : Steppes algériennes, cheptel, désertification, surpâturage, sécheresse.

 ALGERIAN STEPPES: CAUSE OF DISEQUILIBRIUMS

 Abstract- The Algerian steppes, located between isohyets 100 to 400 mm, cover more than 20 million hectares of a low vegetation and rabougrie, subjected to a very accentuated human exploitation. The vocation of the steppes is mainly the extensive breeding of sheep, supplemented by a random cultivation of cereals. Nowadays, the major report is that of a reduction in the surface of these steppes due to a sometimes extreme degradation. The whole is worsened by more or less severe and prolonged periodic drynesses. The permanent population growth and the desire of the improvement of the family income, associated with climatic precariousness, were at the origin of a deep transformation of the natural environment into Algerian steppe. This transformation is observed by the genesis of a certain number of phenomena, indicators of the degradation of the medium. Among more striking, one quotes primarily the deterioration of the quality of the courses with the fall of their productivity, the salinisation and turning into a desert of the grounds and finally, the genetic erosion of the resources and the fall of the biodiversity. With an aim of contributing to a better knowledge of the steppe zones, for a greater awakening of the complexity of rural development and actual position of degradation which knew these fragile areas, he was considered to be at the same time convenient and useful to carry out a development on the deep changes, accelerated during the passed decade, in particular the natural and anthropic causes of imbalance of these ecosystems.

 Key words: Algerian steppes, livestock, turning into a desert, overgrazing, dryness.

 Introduction

 La dégradation des milieux naturels dans les zones arides et semi-arides s’est dramatiquement amplifiée au cours de ces dernières décennies en raison de l’accélération de la croissance démographique, des mutations socio-économiques et des transformations concomitantes des systèmes d’exploitation des ressources naturelles. L’extension des surfaces cultivées dans les zones steppiques, l’accroissement du cheptel et les modes de gestion et d’exploitation inappropriés ont entraîné différents processus de dégradation: défrichement et prélèvement du couvert végétal, surpâturage, érosion des sols et détérioration de leur fertilité [1,2].

 Les steppes algériennes constituent l’espace privilégié de l’élevage ovin extensif. Ces parcours naturels qui jouent un rôle fondamental dans l'économie agricole du pays sont soumis à des sécheresses récurrentes et à une pression anthropique croissante : surpâturage, exploitation de terres impropres aux cultures… Depuis plus d’une trentaine d’années, ils connaissent une dégradation de plus en plus accentuée de toutes les composantes de l’écosystème (flore, couvert végétal, sol et ses éléments, faune et son habitat). Cette dégradation des terres et la désertification qui en est le stade le plus avancé, se traduisent par la réduction du potentiel biologique et par la rupture des équilibres écologique et socio-économique [3].

 En Algérie, l’équilibre de l’écosystème steppique a été pour longtemps assuré par une harmonie très rigide entre l’homme et le milieu dans lequel il vit. Cet équilibre a été à l’origine des pratiques humaines ancestrales qui pouvaient assurer la durabilité et la régénération des ressources naturelles. Cependant, ce territoire qui fut l’espace du nomadisme et des grandes transhumances, a subi des modifications profondes ces dernières décennies, par l’apparition de nouvelles pratiques, étrangères au mode de vie des populations steppiques. La conséquence de ces modifications étant une dégradation de plus en plus importante ressentie à tous les niveaux du territoire steppique [4].

 Les tendances actuelles dans les steppes arides et semi-arides sont la régression des espèces pérennes ou à cycle long au profit des annuelles ou des plantes à cycle court. Les plantes herbacées pérennes ont fortement régressé, alors que les peuplements graminéens annuels n’ont pas sensiblement changé. On observe une augmentation de l’hétérogénéité dans la répartition du couvert herbacé, avec l’apparition d’une structure “en mosaïque”. Ces phénomènes traduisent à la fois les effets des successions d’années sèches et ceux du surpâturage [5]. 

 Partant de cette problématique d’évaluation des ressources naturelles dans les steppes algériennes, le présent travail tente de dresser les grandes lignes de l’état actuel des milieux steppiques. Pour ce faire, il s’appuiera sur les synthèses régionales et sur quelques études de cas.

 1.- Localisation et limites

 D’une superficie estimée à environ 20 millions d’hectares, les steppes algériennes constituent un ensemble géographique dont les limites sont définies par le seul critère bioclimatique. Elles sont situées entre les isohyètes 100 et 400 mm, et se localisent entre deux chaînes montagneuses en l’occurrence, l’Atlas tellien au Nord et l’Atlas saharien au Sud (fig. 1).

  

2.- Nature des sols

 Les sols steppiques sont peu profonds et pauvres en matières organiques, caractérisés par une forte sensibilité à l’érosion et à la dégradation. Les bons sols sont destinés à une céréaliculture aléatoire et se localisent dans les dépressions, les lits d’oued, les dayas et les piémonts de montagne du fait que leur endroit permet une accumulation d’éléments fins et d’eau.

  Les principaux types  de sols  selon la CPCS (1967) sont les suivants [6]:

 - Les sols minéraux bruts d’érosion,

 - Les sols peu évolués d’apport éolien et  d’apport alluvial,

 - Les sols calcimagnésiques,

 - Les sols halomorphes,

 - Les sols isohumiques.

 3.- Climat

 Les steppes se caractérisent par un climat de type méditerranéen avec une saison estivale sèche et chaude alternant avec une saison hivernale pluvieuse, fraîche sinon froide. Diminution et irrégularité accrue des pluviosités, augmentation des températures et de la longueur des périodes de sècheresse estivale rendant encore plus difficiles les conditions de développement des plantes avec un bilan hydrique déficitaire [7].

 En général, la pluviométrie moyenne annuelle est faible (entre100 et 400 mm/an) et sa répartition est irrégulière dans le temps et dans l'espace. Les pluies se caractérisent par leur brutalité (averses) et leurs aspects orageux. Ces deux phénomènes favorisent l'érosion hydrique. Le régime thermique des steppes est du type continental. Selon la classification faite par Le Houérou (2004) [8], l'Algérie steppique reste dans sa plus grande partie comprise entre les isothermes +1°C et +3°C, l'amplitude thermique annuelle est généralement supérieure à 20°C. Une autre caractéristique du climat steppique est le vent violent. En effet, celui de l’hiver occasionne des dégâts; celui de l’été venant du Sahara (sirocco), est le plus catastrophique; est un vent chaud qui souffle de 20 à 30 jours par an et a des effets dégradants sur la végétation.

 Ces variations de précipitations et de températures ont des conséquences sur l’état de la végétation, et par conséquent sur la conduite du cheptel et la vie des éleveurs qui remédiaient autrefois à ces contraintes par de longs déplacements (transhumance). Ces déplacements épargnaient le surpâturage des parcours fragilisés et peu productifs. Mais cette pratique a diminué considérablement ses dernières décennies et elle a été remplacée par la sédentarisation des éleveurs.

 4.- Occupation du sol

 Les 20 millions d’hectares que compte les steppes se répartissent en parcours, terres improductives, forêts, maquis et cultures marginales (tab. I). L’importance que représente la part des parcours (soit plus de 80% de la superficie totale des steppes en 2000) est liée à la vocation de cet espace pastoral. En termes d’évolution de l’occupation du sol, on constate une augmentation de la superficie des parcours dégradés et donc une régression de la superficie des parcours palatables. D’autre part, on constate une augmentation de la superficie des cultures marginales au détriment des superficies des parcours palatables [4].

 Tableau I.- Evolution de l’occupation du sol steppique entre 1985 et 2000 [4,9]

  La végétation steppique est de très inégale valeur, tant pour sa composition floristique que par sa densité [10].Si on impute les zones de cultures, les forêts et les zones improductives, il nous reste 15 millions d’hectares de végétation steppique qu’occupent les parcours. La végétation steppique est dominée par l’Alfa (Stipa tenacissima) qui occupe 4 millions d’hectares, suivie par le Chih (Artimisea herba alba) avec 3 millions d’hectares, puis le Sennagh (Lygeum spartum) et le Guettaf (Atriplex halimus) en association, avec respectivement 2 et 1 million d’hectares. Le reste est occupé par des associations diverses (Aristida pungens, Thymelaea microphylla, Retama retam, Artemisia  campestris, Arthrophytum scoparium et Peganum harmala) [11].

 Selon Djbaili (1984) la combinaison des facteurs pédo-climatiques et la répartition spatiale de la végétation fait ressortir trois types de steppes [12]:

 - La steppe graminéenne à base d'Alfa (Stipa tenacessima) (fig. 2) et/ou de Sparte (Lygeum spartum) que nous trouvons dans les sols argileux à texture plus fine. Sur les sols sableux, nous trouvons la steppe à Drinn (Aristida pungens);

 - La steppe à chamaephytes représentées par l’armoise blanche (Artemisia herba alba) qui occupe les sols à texture fine.

 - La steppe à halophytes ou crassulescentes qui occupe les terrains salés. On y trouve Atriplex halimus, Salsola vermiculata et Suaeda fruticosa.

Les indicateurs de la dégradation des ressources végétales sont multiples. Ils se manifestent surtout à travers la diminution du taux de recouvrement et le changement du cortège floristique par la diminution des espèces pérennes productives au profit des espèces annuelles à faible biomasse. Le constat à faire est que la plus grande part des parcours steppiques se trouve soit dégradée, soit dans un état avancé de dégradation. Les statistiques officielles nous montrent que la part des parcours steppiques relativement bons s’élève à 20% (tab. II).

 Tableau II.- L’état des parcours steppiques en 2005 [13,14]

5.- Causes de déséquilibre

 Face à l’accroissement de la population humaine et animale sur un espace vital de plus en plus réduit, on assiste actuellement à une surexploitation de ce qui reste des parcours steppiques. La dégradation des parcours est  issue de l’interaction de deux types de facteurs. Des facteurs naturels liés aux conditions du milieu physique en général, et des facteurs socio-économiques, anthropiques qui favorisent une action anarchique de l’homme sur l’écosystème.

 5.1.- Causes naturelles

 Les facteurs naturels qui sont à l’origine de la dégradation des parcours steppiques sont fortement liés à la fragilité de l’écosystème de ces zones. L’action combinée des facteurs climatiques et édaphiques font que les parcours sont soumis à une dégradation accentuée par le phénomène de l’érosion [15].

 Les risques d’érosion éolienne et hydrique sont forts en steppes arides en raison de la violence des évènements climatiques et de la faible protection du sol par la végétation. L'importance du recouvrement végétal est à la fois une conséquence de l’érosion et un indice de risque érosif, que l’on peut associer à des indices d’érodibilité pour faire des prédictions [4].

 Les écosystèmes steppiques sont marqués par une grande variabilité interannuelle des précipitations. Les dernières décennies ont connu une diminution notable de la pluviosité annuelle, avec parfois plusieurs années consécutives de sécheresse persistante. L’action de l’érosion éolienne accentue le processus de désertification. Elle varie en fonction de l’importance du couvert végétal [16].

 Les steppes algériennes sont marquées par une grande variabilité interannuelle des précipitations. En outre, les dernières décennies ont connu une diminution notable de la pluviosité annuelle, avec parfois plusieurs années consécutives de sécheresse persistante [3].

 Dans un milieu ouvert où la végétation a un recouvrement inférieur à 30%, l’action du vent opère un tri en emportant les fines particules telles que le limons et les argiles et laisse sur place des sols squelettiques à dominance d'éléments grossiers présentant un faible pouvoir de rétention d'eau, qui ne peut favoriser la remontée biologique. Ce type d’érosion provoque une perte de sol 150 à 300 t/ha/an, dans les steppes défrichées [7].

 L’érosion hydrique est due en grande partie aux pluies torrentielles qui, sous forme d’orages violents désagrègent les sols peu épais, diminuent leur perméabilité et leur fertilité. Les éléments fins, l’humus et les éléments minéraux sont emportés par le ruissellement qui provoque la formation de rigoles et de ravines entaillant profondément la surface du sol. Comme conséquence directe de ce phénomène d’érosion, un volume de 50 à 250 tonnes par hectare et par an de terre sont ainsi entraînées par le ruissellement sur les sols dénudés à forte pente [15].

 5.2.- Problème de salinité des sols

 Plus de 95% des sols des régions arides sont soit calcaires, gypseux ou salsosodiques [6]. Du fait des hautes températures qui sévissent pendant une longue période de l’année, les précipitations subissent après leur infiltration, une forte évaporation entraînant la remontée vers la surface du sol, des particules dissoutes qui se concentrent en croûtes et stérilisent le sol. On trouve deux types de dépressions salées aux niveaux des régions arides et semi-arides dont les termes vernaculaires sont Chott et Sebkha [17]; la différence entre ces deux noms réside dans le mode d’alimentation. Les sebkhas sont sous la dépendance d’apport des eaux de crues et les Chotts sont alimentés respectivement par les apports de ruissellement et aussi par les nappes artésiennes profondes arrivant jusqu’en surface par des sources et/ou des suintements. Les Chotts seraient de véritables «machines évaporatoires», en période pluvieuse normale (hiver, printemps) une couche d’eau de quelques centimètres, saturée en sel (300-400g/l) recouvre la surface, laissant après évaporation des dépôts surtout de chlorure de sodium, parfois exploitables. Après de fortes pluies, les Chotts peuvent constituer de véritables lacs de plusieurs mètres de profondeurs; quelques mois après, l’évaporation très forte assèche complètement la surface. Le vent balayant cette surface desséchée et dénudée peut, dans certaines conditions, entraîner des particules argileuses et des cristaux de sels (chlorure de sodium, gypse) qui s’accumulent en bordure de la dépression [18,19].Tout autour de ces systèmes, la présence d’une nappe phréatique plus ou moins salée et inégalement profonde contribue à la formation de sols halomorphes [20].    

 6.- Causes anthropiques

 L’équilibre des écosystèmes naturels a été fortement perturbé au cours des récentes décennies dans la plupart des régions arides et semi-arides sous l’effet de la modification des systèmes d’exploitation du milieu liée à la transformation des conditions socio-économiques et à l’évolution des techniques de production [5].En effet, suite à l’accroissement démographique et à la sédentarisation d’une partie croissante de la population, on assiste à une extension rapide de l’agriculture au détriment des meilleures zones pastorales dont la végétation naturelle est détruite par des moyens mécaniques de plus en plus puissants. Cette destruction est également aggravée par l’accroissement de la pression animale sur les surfaces pastorales de plus en plus réduites et par le prélèvement des produits ligneux destinés à la satisfaction des besoins en combustibles [21]. Ces différents phénomènes ont contribué à accroître la fragilité des écosystèmes, à réduire leur capacité de régénération et à diminuer leur potentiel de production.

 Dans les zones les plus vulnérables, la surexploitation des ressources naturelles renouvelables a eu pour effet de favoriser différents processus de dégradation conduisant à une progression rapide de la désertification. L’économie de ces zones est basée sur l’élevage extensif des ovins, ainsi que la culture sporadique de céréales en sec [10].Le problème majeur auquel l’élevage fait face dans ces zones est la rareté et l’irrégularité des ressources alimentaires. La production animale des ruminants dans les zones arides se caractérise par des crises périodiques dues à des disettes résultant de la sécheresse [1].

 Compte tenu de l’état de dégradation des écosystèmes naturels et de la forte pression humaine et animale qui s’exerce sur ces écosystèmes, la reconstitution du couvert végétal ne peut plus être assurée dans la plupart des cas par les mécanismes naturels de régénération et nécessite le recours à des techniques récentes d’aménagement et de gestion des terres. Ces techniques se basent sur l’utilisation judicieuse des eaux de pluie et la plantation d’espèces ligneuses contribuant aussi bien à l’accroissement de la production qu’à la protection des sols contre l’érosion [22].

   La dégradation des parcours steppiques due aux phénomènes naturels est amplifiée par la pression croissante que l’homme et ses troupeaux exercent sur ces écosystèmes, ce qui accélère le processus de dégradation des végétations steppiques. La sédentarisation des éleveurs, la situation du foncier ainsi que celle du marché de la viande et des céréales incitent au développement des formes d’exploitation dite minière des steppes [2,23].

 Evolution de la population steppique

 Le nomadisme et notamment la transhumance (Achaba-Azzaba) constitue la principale activité pastorale qui découle des facteurs historiques économiques et sociaux. C’est une forme d’adaptation à un milieu contraignant où l’offre fourragère est marquée par une discontinuité dans le temps et dans l’espace. Ces déplacements, s’effectuant en été vers les zones telliennes (Achaba) et en hivers vers les parcours présahariens (Azzaba), allègent la charge sur les parcours steppiques leur permettant ainsi de se régénérer[14].

 Une forte croissance démographique est enregistrée durant la dernière moitié du siècle. La population de la steppe qui était de 900 milles  habitants en 1954, est estimée à plus de sept (07) millions d’habitants en 1999 [13]. La transhumance ou déplacement de grande amplitude (Azaba; transhumance d’été vers les chaumes des zones telliennes ou Achaba; transhumance d’hiver vers les piémonts Nord de l’Atlas Saharien) qui permettait dans le passé une utilisation rationnelle des ressources naturelles, ne concerne plus que cinq (5%) de la population steppique [24]. Le reste de la population est devenu semi-sédentaire. Les pasteurs ont modifié leur système de production en associant culture céréalière, élevage et sédentarisation[25]. La principale conséquence de cette transformation du mode de gestion des parcours est la surexploitation des ressources biologiques et la dégradation des terres. L’équilibre social et biologique se trouve fortement perturbé par l’intensification des besoins engendrés par la croissance démographique et la mutation de la population steppique, dont une grande partie a rejoint d’autres secteurs d’activités. La diminution de la population vivante en zones éparses et la baisse de la population nomade traduisent l’importance de la sédentarisation qu’ont vécue les steppes ces dernières années. Il ressort que, la croissance démographique et la sédentarisation de plus en plus importante ont eu comme conséquences l’augmentation de la pression sur les ressources et l’intervention anarchique de l’homme. La pression humaine continue est à l’origine de l’important déséquilibre écologique des zones steppiques.

 Surpâturage

 Le souci majeur de tout pasteur en milieu steppique, est le désir permanent d’accroître l’effectif de son cheptel, avec une diversification des espèces animales. Ainsi, si les ovidés et les caprinés constituent les deux composantes majeures des troupeaux, l’effectif des camélidés reste également à considérer, en particulier sur les formations végétales halophiles de la steppe algérienne. Cette composition des troupeaux se traduit par une incontestable pression animale sur la végétation steppique du milieu aride, élargissant de fait le spectre d’acceptabilité et d’appétabilité des espèces pastorales.

 L’exploitation permanente des pâturages naturels, utilisant une charge animale nettement supérieure au potentiel de production des parcours, a pour effet de réduire leur capacité de régénération naturelle (fig. 3). L’effectif du cheptel pâturant en zones steppiques et dont la composante prédominante est l’espèce ovine (environ 83% du cheptel), n’a cessé d’augmenter depuis 1968. La croissance accélérée de l’effectif a pratiquement triplé le troupeau ovin en l’espace de trente (30) ans. De 5.600.000 têtes en 1968, le cheptel ovin passe à 18.000.000 de têtes en 2003 (tab. III).

       Il ressort donc selon le tab. III, que l’effectif du cheptel pâturant sur la steppe, a subi une croissance vertigineuse depuis 1968. La superficie des parcours a en revanche subi une régression considérable, en particulier sous l’effet du défrichement pour la céréaliculture. De ce déséquilibre, résulte une augmentation de la charge pastorale, communément désignée par surpâturage.

  Tableau III.- Effectif du cheptel en régions steppiques (103 têtes) [9]

Il y a surpâturage quand l’effectif du bétail est trop nombreux par rapport à la surface pâturée ou bien y est maintenu trop longtemps, les bonnes espèces prennent un aspect chétif et rabougri avant de disparaître et sont remplacées par des espèces moins appréciées par le bétail, puis ces dernières sont à leur tour surpâturées et certaines d’entre elles disparaissent, jusqu’à l’obtention d’un sol quasi nu très vulnérable à l’érosion.

Défrichement des parcours et pratiques culturales

 Dans le souci de combler le déficit alimentaire du cheptel, causé par la sécheresse, les éleveurs des steppes, ont opté pour les céréales par le défrichement des parcours. Or, les terres steppiques sont réputées pour être squelettiques. La conséquence du labour sur de telles terres est l’augmentation de leur risque de dégradation par érosion (hydrique ou éolienne) [4,21].

 Au cours des années 70, l’extension de la céréaliculture fut caractérisée par la généralisation de l’utilisation du tracteur à disques pour le labour des sols à texture grossière fragile. Les labours par ces derniers constituent en un simple grattage de la couche superficielle accompagné de la destruction quasi totale des espèces pérennes. Ces techniques de labour ont aussi une action érosive, détruisant l’horizon superficiel et stérilisant le sol, le plus souvent de manière irréversible [14].

 La superficie labourée en milieu steppique est estimée à plus de 02 millions d’hectares [26], la plus grande partie de ces terres se situe sur des sols fragiles en dehors des terres favorables des fonds d’oueds ou de Dayates. La technique de labour utilisée est une technique particulièrement érosive. L’utilisation de la charrue à disque ou le cover-crop pour un labour superficiel des sols à texture grossière, se justifie par son coût moins élevé pour des agro-pasteurs soumis à des aléas climatiques importants et donc obligés de minimiser leurs coûts du fait de la faible probabilité qu’ils ont d’obtenir une récolte correcte. En effet, cette culture épisodique détruit les plantes vivaces qui sont remplacées par des espèces annuelles incapables de retenir le sol [27]. Les faibles rendements obtenus (2 à 5 qx/ha) sont loin de compenser la perte de sol qui en résulte et les nuisances générées [5].  

 Conclusion

 Au passé, dans les steppes algériennes, un certain équilibre s’est maintenu, entre les ressources pastorales disponibles et le cheptel existant, avec un mode de vie adapté à ce milieu fragile (nomadisme et transhumance), ce qui a permis au parcours de se régénérer facilement après de longues périodes de sécheresse. De nos jours, cet équilibre est perturbé et la rupture se manifeste par une dégradation générale du milieu. L’accroissement des effectifs du cheptel, la pratique des labours mécanisés inadaptés à ce milieu fragile, la désorganisation de la transhumance et la surexploitation des ressources pastorales ont conduit à ce déséquilibre alarment, qui se traduit sur le plan écologique par une dégradation visible des pâturages et l’extension des paysages désertiques. Une gestion et un aménagement appropriés des parcours, selon leur situation et les contraintes vécues, s’imposent comme préalable où il va falloir envisager une politique rationnelle pour l’utilisation de l’espace steppique.

 Remerciements

 Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Algérien est vivement remercié (Projets PNR et CNEPRU code F–02820100012).

 Références bibliographiques

 [1].- Le Houérou H. N., 2006. Environmental constraints and limits to livestock husbandry in arid lands. Sécheresse, 17 (1-2): 10-18.

 [2].- Nedjimi B., 2012 a. Rangeland improvement and management options in the arid steppes of Algeria. In: Germano, M. Denise (Ed.) Steppe ecosystems: Dynamics, land use and conservation. Nova Science Publishers, Inc. New York:157-170.

 [3].- Nedjraoui D., Bédrani S., 2008. La désertification dans les steppes algériennes : causes, impacts et actions de lutte. Vertigo, 8 :1-15.

 [4].- Bensouiah R., 2006. Vue d’ensemble de la steppe algérienne. Doc en ligne: (http://desertification.voila.net/steppealgerienne.htm).

 [5].- Le Houérou H. N., 2002. Man-made deserts: Desertization processes and threats. Arid Land Res. Manag., 16: 1-36.

 [6].- Halitim  A., 1988. Sols des régions arides d'Algérie. OPU, Alger, 384 p.

 [7].- Le Houérou  H. N., 1996. Climate change, drought and desertification. J. Arid Environm., 34: 133-185.

 [8].- Le Houérou H. N., 2004. An agro-bioclimatic classification of arid and semiarid lands in the isoclimatic mediterranean zones. Arid Land Res. Manag.,18: 301-346.

 [9].- Direction des Statistiques Agricoles et des Systèmes d'Information, 2003. Recensement général de l'agriculture, Rapport général des résultats définitifs, 125p.

 [10].- Le Houérou  H. N., 2001. Biogeography of the arid steppe land north of the Sahara. J. Arid Environ., 48: 103-128.

 [11].- Nedjraoui D., 2002. Les ressources pastorales en Algérie. Doc FAO en ligne : www.fao.org/ag/agp/agpc/doc/counprof/Algeria/Algerie.htm.

 [12].- Djebaili  S., 1984. Steppe algérienne phytosociologie et écologie. OPU, Alger,177 p.

 [13].- HCDS, 2005. Problématique des zones steppiques et perspectives de développement. Rap. Synth., haut commissariat au développement de la steppe, 10 p.

 [14].- Nedjimi B., Homida M., 2006. Problématique des zones steppiques algériennes et perspectives d’avenir. Revue du Chercheur, 4 :13-19.

 [15].- Le Houérou  H. N., 1995. Bioclimatologie et biogéographie des steppes aride du Nord de l'Afrique- Diversité biologique, développement durable et désertisation. Options médit., 10: 1-397.

 [16].- Aïdoud A., Le Floc’h E., Le Houérou H. N., 2006. Les steppes arides du nord de l’Afrique. Sécheresse, 17: 19-30.

 [17].- Pouget M., 1980. Les relations sol-végétation dans les steppes Sud- algéroises. Thèse Doc., Travaux et documents de l'OROSTOM, Paris, 555 p.

 [18].- Boumezbeur A. et Ben hadj M., 2003. Fiche descriptive sur les zones humides RAMSAR, Chott Zahrez chergui (Algérie). Direction générale des forêts, 10 p.

 [19].- Nedjimi B., 2012b. Seasonal variation in productivity, water relations and ion contents of Atriplex halimus spp. schweinfurthii grown in Chott Zehrez wetland, Algeria. J. Saudi Soc. Agri. Sci., 11: 43-49.

  [20].- Pouget M., 1973. Une manifestation particulière et méconnue de la salure dans les steppes du sud-algérois: Les plages de salure sur les glacis quaternaires a croûte calcaire. Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, 64: 15-24.

 [21].- Floret C., Le Floc'h  E. et  Pontanier  R., 1992.  Perturbation anthropique et aridification en zone présaharienne In: Le Floc'h  E., Grouzis M., Cornet  A., Bille  J. C. (Eds) L'aridité une contrainte de développement, caractérisation, réponses biologiques et stratégie de sociétés. Ed. Orostom, Paris: 449-463.

 [22].- Le Houérou H. N., 1992. Agroforestry and sylvopastoralism to combat land degradation in the mediterranean basin: old approaches to new problems. Agri. Ecosy. Environm. 33:99-109.

 [23].- Benabdeli K., 2000. Évaluation de l’impact des nouveaux modes d’élevage sur l’espace et l’environnement steppique. Commune de Ras El Ma (Sidi Bel Abbes-Algérie). Options Médit., 39: 129-141.

 [24].- Nedjimi B., Sebti M., Naoui T. H., 2008. Le problème du foncier agricole en Algérie. Revue Droit Sci. Hum., 1: 1-11.

 [25].- Khaldoun A., 2000. Évolution technologique et pastoralisme dans la steppe algérienne. Le cas du camion Gak en hautes-plaines occidentales. Options Médi., 39: 121-127.

 [26].- Ministère de l'agriculture, 1998. Plan national d'action pour l'environnement. Rapp. synth., Alger, 15 p.

 [23].- Abdelguerfi A., Laouar M., 1997. La privatisation du foncier: impact sur l'environnement et sur les ressources génétiques en Algérie. Options Médit., 32: 203-207.