Étude du comportement de ponte du carpocapse (Cydia pomonella L.) (Lepidoptera, Tortricidae) sur deux variétés de pdfpommier (Malus domestica Borkh.)

BRAHIM Imene1, LOMBARKIA Nadia1* et MEDJEDBA Abdelmajid2

(1)Laboratoire d'Amélioration des Techniques de Protection Phytosanitaire en Agrosystèmes Montagneux, Université de Batna, Institut des Sciences Vétérinaires et des Sciences Agronomiques

Département d’Agronomie, 05000 Batna, Algérie,

 (2)Université de Batna, Faculté des Sciences, Département des Sciences de la Nature et de la Vie

05000 Batna, Algérie. Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Résumé.- Le carpocapse, Cydia pomonella L. (Lepidoptera, Tortricidae) figure parmi les principaux ravageurs des pommes et des poires de la région de Batna (Algérie). Le présent travail porte sur le comportement de ponte du ravageur. La souche utilisée, est isolée d’un verger situé dans la localité de Tazoult de la région de Batna (Algérie). L’observation du comportement de ponte du carpocapse sur arbre de pommier des deux variétés Golden Delicious et Starkrimson, en milieu naturel et en conditions de non-choix dans la zone de Limbiridi (Batna), confirme que la variété Golden Delicious est plus sensible à la ponte que la variété Starkrimson. Différentes étapes comportementales sont observées sur les deux variétés étudiées: atterrissage à la surface du pommier, visite des différents sites, examen du site et l’acceptation de ponte. La ponte est accompagnée par l’examen du site par balayage de l’ovipositeur.

Mots clés: Lepidoptera, Cydia pomonella L., Golden Delicious, Starkrimson, comportement de ponte.

Codling moth egg-laying behavior (Cydia pomonella L.) (Lepidoptera; Tortricidae) on two varieties of apple (Malus domestica Borkh.).

Abstract.-The codling moth, Cydia pomonella L. (Lepidoptera: Tortricidae) is the major pest of apples and pears in the region of Batna (Algeria). This work is the firstnationally study about codling moth egg-laying behavior. Insects used in the study have been collected from the region of Tazoult (Batna). Counting eggs on the two apple tree varieties (Golden Delicious and Starkrimson) in choice conditions in the region of Tazoult (Batna) showed that both varieties are susceptible to codling moth egg-laying, with a slight preference of Golden Delicious. The observation of the egg-laying behavior of codling moth on trees in natural and non-choice conditions in the region of Limbiridi (Batna), confirmed that Golden Delicious variety is more preferred for egg-laying than Starkrimson. Different behavioural steps are observed on both studied varieties: landing on the surface of apple tree, visiting different sites, site examination and egg-laying acceptance. The egg-laying is accompanied by an examination of the site by scanning of the ovipositor.

Key words: Lepidoptera, Cydia pomonella L., Codling moth, Golden Delicious, Starkrimson, egg-laying behavior.

Introduction

Le carpocapse, Cydia pomonella L. (Lepidoptera: Tortricidae) occupe le deuxième rang au sein de l’ensemble des arthropodes ravageurs du pommier après les pucerons en Algérie [1]. Toutes les zones productrices de la région de Batna (Arris, Ain touta, Foum El-toube, Tazoult,…), sont infestées par C. pomonella, avec des pertes en fruits à la récolte de l’ordre de 18,9% en 2007 [2]. La résistance du carpocapse des pommes aux insecticides, la limitation de l’efficacité des méthodes de lutte biologique aux populations faibles du ravageur, conduisent à la cherche de nouvelles voies de méthode de lutte contre ce lépidoptère. La connaissance des mécanismes selon lesquels un insecte va choisir une plante plutôt qu’une autre pour y pondre et se nourrir pourrait permettre de développer des stratégies; qui concourent à perturber le ravageur dans ses comportements (trophiques et reproduction) et ainsi protéger les cultures [3].

L’objectif de ce travail est d’approfondir les connaissances sur le comportement de ponte de C. pomonella et, en particulier, de comprendre le déterminisme de la ponte des femelles adultes à pondre sur les différents organes des deux variétés de pommier (Golden Delicious et Starkrimson). La compréhension des facteurs à l’origine de cette sélection pourrait être utilisée pour compromettre le développement des larves au dépends des pommes pour les protéger et ainsi garantir un meilleur rendement.

1.- Matériel et méthodes

1.1.- Ponte de C. pomonella sur deux variétés de pommier

Les dénombrements d’œufs sont effectués en trois dates (tabl. I) dans le verger de Tazoult qui correspondent aux périodes de maximum de ponte de la 1ère (18-26 Mai), 2ème (06-14 Juillet) et 3ème (26-31 Août) générations de l’insecte dans les zones d’étude [4].

Tableau I.- Dates de prélèvement des rameaux sur les deux variétés de pommier

Prélèvements

Date

Premier

25 Mai 2008

Deuxième

13 Juillet 2008

Troisième

29 Août 2008

Le dénombrement des œufs s’effectue au laboratoire sous une loupe binoculaire. Les sites ou organes examinés, sont les deux faces des feuilles du corymbe (entourant le fruit), des feuilles hors du corymbe (loin du fruit), les fruits et les rameaux. Les prélèvements d’œufs sont réalisés suivant trois dates(tab. I) entre 08h et 09h du matin, sur 17 arbres de chaque variété, soit 34 arbres au total. Lors des prélèvements, 170 rameaux de 30 à 50 cm de long avec ou sans fruits, sont examinés.

1.2.- Comportement de ponte de C. pomonella sur deux variétés de pommier

1.2.1.- Capture des larves diapausantes de carpocapse dans les bandes pièges

L’étude est réalisée avec une souche sauvage de C. pomonella. Pour la récupération des insectes (mâles et femelles) une bande-piège en carton ondulé (15 cm de largeur et 60 cm de longueur) est installée sur les arbres. Les bandes-pièges sont disposées à la base des troncs, près du sol. Elles sont mises en place en deux dates à cause des conditions climatiques (chute de pluie) le 06 et 08 mars 2008 dans le verger de Limbiridi (longitude: 6°4’28’’ Est; latitude: 35°30’15’’ Nord) et retirées pendant le mois d’octobre 2008.

1.2.2.- Observations du comportement de ponte

L’observation du comportement de ponte a lieu dans un verger situé à Limbiridi. Les observations sont faites durant trois (3) périodes correspondant à des périodes des vols de l’insecte (tab. II). Vingt à quarante (20-40) femelles ayant pondus après 48h dans des petites cages (longueur: 27 cm; largeur: 19 cm; hauteur: 36 cm) sont lâchées, ensemble sur un arbre placé dans une grande cage (1,5 m x 1,5 m x 3 m) en tulle de 1 mm de maille. Les expériences, sont conduites en condition de non-choix: 1 seul arbre dans la cage. La durée des observations, est fixée à une heure par jour pendant quatre à sept jours, temps durant lequel plus de 1/3 (33%) des femelles pondent sur l’arbre [5]. Les observations du comportement de ponte sont faites en moyenne sur cinq femelles par lâcher et par jour, jusqu’à avoir observé 30 femelles, soit six jours d’affilée.Pour les deux variétés à étudier, les observations commence à 16h jusqu’à 18h. L’ordre des variétés, est inversé le jour suivant afin d’éviter l’effet «temps».

Tableau II.- Dates et nombre de femelles observées sur Golden Delicious et Starkrimson

(GD: Golden Delicious, St.: Starkrimson)

Vol 1

Vol 2

Vol 3

Du 19/05 au 27/05/2009

Du 30/06 au 05/07/2009

Du 7/09 au 09/09/2009

GD

St

GD

St

GD

St

20

25

35

35

30

30

Un magnétophone (Pearlcorder S 928) à microcassettes (TDK, MC-60), est utilisé pour enregistrer les comportements de la femelle dictés par l’observateur. Le traitement des données, est réalisé sur un micro-ordinateur. Au cours de ces dictées d’enregistrement de comportement et pour chaque femelle, sept paramètres sont relevés et enregistrés à l’ordinateur :

- Durée de marche sans balayage (en sec): pendant laquelle la femelle se déplace sur les différents organes du pommier.

- Distance parcourue (cm): prend en compte la totalité du chemin emprunté par la femelle sur l’arbre. Elle est mesurée en utilisant une règle.

- Durée de marche avec balayage (en sec): temps durant lequel la femelle applique son ovipositeur sur le substrat et examine les différents organes de pommier tout en marchant.

- Durée de balayage à l’arrêt (en sec): examen par l’ovipositeur durant l’arrêt de l’insecte.

- Temps mis pour la ponte (en sec): laps de temps entre l’atterrissage de la femelle sur un organe et la ponte du premier œuf.

Pour encore mieux cerner la différence, dans le comportement de ponte de l’insecte, entre les deux variétés, il est également calculé:

- la vitesse de déplacement en marche sans balayage (cm/sec);

- et la vitesse de déplacement lors du balayage en marchant (cm/sec);

Les observations du comportement de ponte sont faites en moyenne sur 5 femelles par lâcher et par jour, jusqu’à avoir observé 30 femelles, soit 6 jours d’affilée.

1.3.- Analyses statistiques

            Les comparaisons des moyennes d’œufs par arbre et des durées moyennes de chaque comportement: balayage en marchant, balayage à l’arrêt et le temps mis pour pondre de chaque femelle sur les deux variétés sont analysés par le test-t de Student au seuil de 5%. Pour l’étude du comportement de ponte de l’insecte, seuls les résultats significatifs sont mentionnés.

2.- Résultats

2.1.- Ponte de C. pomonella sur deux variétés de pommier

2.1.1.- Dénombrement des pontes par arbre sur les deux variétés

Les résultats enregistrés concernent le nombre moyen d’œufs pondus par arbre et par variété. La figure 1 indique que plus d’œufs sont pondus sur Golden Delicious au cours du 2éme  et 3ème vol respectivement (2,24±0,46; 5,71±1,47) que sur Starkrimson (0,65±0,19; 1,47±0,75). Lors du 1er vol, le nombre moyen d’œufs pondus par arbre était semblable pour les deux variétés de pommier: 1,12±0,54 sur Golden Delicious et 0,94±0,34 sur Starkrimson.

Les observations indiquent également des dégâts larvaires, liés plus ou moins à la quantité d’œufs pondus par variété. En effet, à l’exception du 3ème vol qui a montré des dégâts sur les fruits de Golden Delicious (48,63±11,80), neuf fois plus élevés que sur Starkrimson (4,90±4,90), aucune différence significative n’est visible quel que soit le vol et la variété de pommier (fig. 2).

E04010902

2.1.2.- Répartition des pontes sur les feuilles des pommiers

La plupart des pontes sont observées sur les feuilles hors corymbes, qui se trouvent majoritairement au voisinage des fruits quelle que soit la variété (fig. 3). La différence dans le nombre d’œufs entre les deux types de feuilles, est de 3 à 28 fois plus élevé sur les feuilles hors corymbes que les feuilles de corymbes. Avec un nombre moyen des œufs sur les feuilles hors corymbes sur la variété Golden Delicious et Starkrimson par ordre au 1ier vol (0,41±0,51; 0,35±0,15), 2ème vol (0,88±0,26;  0,41±0,12) et 3ème vol (4,35±1,25; 1,41±0,72). En ce qui concerne les feuilles de corymbe, le nombre moyen des œufs est 0,76±0,27; 0,17±0,09 au 2ème vol et 1,11±0,54; 0,05±0,05 au 3ème vol sur la Golden Delicious et Stakrimson respectivement, ce nombre est nul au 1ier vol sur les deux variétés.

E04010903

2.2.- Comportement de ponte de C. pomonella sur deux variétés de pommier

Des observations, il est à noter que quelle que soit la variété et le vol, les femelles qui pondent examinent la surface de l’organe sur lequel elles atterrissent. Cet examen se fait par balayage de l’ovipositeur. De plus, la distance parcourue par les femelles est identique; toutefois, il est observé qu’elles s’arrêtaient beaucoup plus sur Golden Delicious que sur Starkrimson et ceci durant les trois vols (fig. 4, 5 et 6). Le temps mis pour pondre, sur les deux variétés, est identique au cours des deux premiers vols. Alors qu’au 3ème vol, le temps mis pour pondre est très élevé sur Golden Delicious que sur Starkrimson (fig. 7); mais ne dépasse pas les 3 minutes.

E04010904

E04010905

3.- Discussion

3.1.- Dénombrement de ponte de C. pomonella sur deux variétés de pommier

3.1.1. Dénombrement des pontes par arbre sur les deux variétés

Au cours des deux derniers vols, le nombre moyen d’œufs déposé élevé par arbre sur Golden Delicious que sur Starkrimson, pourrait s’expliquer par la faible quantité de pommes par corymbe sur Starkrimson que sur Golden Delicious. La présence de fruits serait une condition indispensable pour une ponte normale par l’intervention de l’olfaction (α-farnesene) chez le carpocapse [6, 7, 8, 9, 10, 11]. Ainsi, le retard enregistré par la fructification de la variété Starkrimson par rapport à la variété Golden Delicious occasionnerait une préférence pour cette dernière par C. pomonella. Les fruits de Golden Delicious montrent plus de dégâts que les fruits de Starkrimson. Généralement, chez les lépidoptères le choix d’une plante-hôte potentielle se fait par la femelle adulte. Cette dernière choisie la source d’alimentation pour sa descendance [12]. Lombarkia et Derridj (2002), ont montré que le choix chez le carpocapse est influencé par certaines substances solubles (sucres et polyols) dans l’eau et présentes à la surface des feuilles et des fruits de pommier [13].

Ces résultats montrent que durant les trois vols de l’insecte, les variétés choisies sont sensibles au carpocapse, avec une légère préférence pour la ponte sur Golden Delicious; ce qui pourrait être expliqué entre autre par sa richesse en sucres et polyols (quantité et/ou ratio) [5].

3.1.2. Répartition des pontes sur les feuilles des pommiers

La majorité des œufs sont déposés sur les feuilles hors corymbe. Cependant, ces feuilles étaient au voisinage des corymbes donc des pommes. Selon Wildbolz (1958), Coutin (1960) et Jackson (1979), les femelles de carpocapse déposent leurs œufs sur les feuilles au voisinage des fruits en liaison avec l’odeur spécifique émise par les pommes et des stimuli physiques (trichomes) [14, 15, 16]. Les pontes seraient donc étroitement liées à la présence des pommes sur l’arbre, pommes qui dégageraient des odeurs qui attirent les carpocapses et stimulent leur ponte près de ces fruits.

3.2.- Comportement de ponte de C. pomonella (L.) sur deux variétés de pommier

Quatre étapes comportementales principales ont été observées lors de cette étude: 1. atterrissage à la surface du pommier, 2. visite des différents sites, 3. examen du site et 4. acceptation ou refus de ponte. Des observations détaillées du comportement de ponte sont faites chez certains lépidoptères tels que Acrolepiosis assectella (Plutellidae) [17]; Etiella zinckenella (Pyralidae) [18], Ostrinia nubilalis (Pyralidae) [19], Epiphyas postivittana (Tortricidae) [20], Piries brassicae (Pieridae) [21] et chez le carpocapse Cydia pomonella (L.) (Tortricidae) [5]. Les différences observées entre les deux variétés étudiées pourraient s’expliquer par la variation des informations physiques et chimiques (facteurs visuels et/ou olfactifs) à la surface des pommiers. Ces informations pourraient être perçus par les femelles et les guideraient par la suite vers les feuilles, les fruits et les rameaux [22, 23].

D’après cette étude il apparaît que quelle que soit la variété, le balayage des organes du pommier avec l’ovipositeur est nécessaire pour la ponte. En outre, le nombre élevé des arrêts enregistrés sur la variété Golden Delicious pourrait être due à certains facteurs physiques de contact. En effet, une fois l’insecte à localiser et toucher la plante, il entre dans une phase d’évaluation pour déterminer si le site est acceptable pour l’oviposition [22]. Immédiatement après l’atterrissage, les stimuli tactiles pourraient être la première information perçue et évaluée par la femelle [23], peut être lors du balayage avec l’ovipositeur et lors de la visite du site par marche [5]. Il a été montré pour de nombreux insectes et en particulier chez les papillons nocturnes hétérocères que l’ovipositeur est impliqué avec d’autres organes comme les pattes et les antennes dans l’évaluation du site de ponte [16, 23].

En ce qui concerne, le temps mis pour pondre sur les deux variétés, il est identique, très court et ne dépasse pas les 3 minutes. Selon Coutin (1960), le temps mis pour la ponte chez C. pomonella est de l’ordre d’une à deux minutes [15]. Derridj et Lombarkia (2002), signale que la décision de ponte, peut prendre environ 3 minutes [13]. Les stimuli chimiques de la plante peuvent avoir une influence négative sur la ponte de C. pomonella. Comme elles peuvent avoir un effet incitant sur la ponte. Ce comportement, en conditions naturelles, est corrélé à la discrimination par les métabolites primaires (sucres comme le glucose, saccharose et le fructose ainsi que des polyols citons par exemple le sorbitol) [13]. Leur action sur la ponte de la pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis a été démontrée [24], ainsi que pour la chrysomèle de maïs, Diabrotica vergifera vergifera [25] et C. pomonella [13].

Conclusion

L’étude du comportement de ponte chez C. pomonella en conditions naturelles est peu étudiée à l’échelle internationale. Ce travail permet de mieux décrire les différentes séquences comportementales qui amènent la femelle à pondre sur deux variétés de pommiers sensibles vis-à-vis de l’insecte. Il ressort de cette étude que les deux variétés étudiées sont sensibles au carpocapse, avec une légère préférence pour la ponte sur Golden Delicious.

Quatre étapes comportementales ont été observées sur les deux variétés étudiées en conditions naturelles et en non-choix.

La ponte est précédée par l’examen du site par balayage de l’ovipositeur; probablement il existe une relation entre les stimuli présents à la surface des organes de pommier, le comportement de balayage chez les femelles et la décision de ponte.

Les résultats ouvrent de nouvelles voies de lutte qui pourraient être utilisées pour perturber le comportement de ponte de l’insecte. Cependant, ces méthodes de protection du pommier doivent s’inscrire dans le cadre d’une protection intégrée.

Références bibliographiques

[1].- DSA, 2009.- Le pommier. Direction des statistiques agricoles, wilaya de Batna, 3 p.

[2].- DSA, 2008.- Le pommier, Direction des statistiques agricoles, wilaya de Batna, 3 p.

[3].- Foster S. P., Harris M. O., 1997.- Behavioral manipulation methods for insect pest-management. Annual Review of Entomology, 42: 123-146.

[4].- SRPV, 2008.- Vols du carpocapse. Station Régionale de la Protection des Végétaux, Ain-Touta, 10 p.

[5].- Lombarkia N., 2002.- Influence de métabolites présents à la surface des organes du pommier sur la ponte du carpocapse: Cydia pomonella L. (Lepidoptera: Tortricidae). Application à l’étude de la résistance du pommier au ravageur. Thèse doctorat, Université de Rennes 1, 131 p.

[6].- Geier P. W., 1963.- The life history of codling moth, Cydia pomonella L. (Lepidoptera, Tortricidae), in the Australian Capital Territory. Australian Journal of Zoology, 11: 323-367.

[7].- Hern A., Dorn S., 2001.- Incidence emissions of apple fruit volatiles by codling moth: changing patterns with different time periods after infestation and different larval instars. Phytochemistry, 57: 409-416.

[8].- Hern A., Dorn S., 1999.- Sexual dimorphism in the olfactory orientation of adult Cydia pomonella in response to α-farnesene. Entomologia Experimentalis et Applicata, 92: 63-72.

[9].- Yan F., Bengtsson M.,Witzgall P., 1999.- Behavioral response of female Colding moths, Cydia pomonella, to apple volatiles. Journal of Chemical Ecology, 15 (6): 1343-1351.

[10].- Coracini M. D. A., Bengtsson M., Cichón L., Witzgall P., 2004.- Attraction of codling moth males Cydia pomonella to apple volatiles. Entomologia Experimentalis et Applicata, 100: 1- 10.

[11].- Ansebo L., Coracini M. D. A., Bengtsson M., Liblikas I., Ramírez M., Borg-Karlson A. K., Tasin M., Witzgall P., 2004.- Anntennal and behavioural response of colding moth Cydia pomonella to plant volatiles. Journal of Applied Entomology, 128: 488-493.

[12].- Renwick J. A. A., Chew F. S., 1994.- Oviposition behavior in Lepidoptera. Annual Review of Entomology, 39: 377-400.

[13] .- Lombarkia N., Derridj S., 2002.- Incidence of apple fruit and leaf surface metabolites on Cydia pomonella oviposition. Entomologia Experimentalis et Applicata, 104: 79-87.

[14].- Wildbolz T., 1958.- Über die Orientierung des Apfelwicklers bie der Eiablage. Mitteilunger der Schweizerischen Entomologischen Geselschaft, 31: 25-34.

[15].- Coutin R., 1960.- Le carpocapse des pommes et des poires (Laspeyresia pomonella L.), ACTA, Paris, 48 p.

[16].- Jakson M., 1979.- Codling moth egg distribution on unmanaged apple trees. Annals Entomological Society of America, 72: 361-368.

[17].- Thibout E., Auger J., 1996.- Oviposition stimulants from the leek for the specialist moth Acrolepiosis assectella.Entomologia Experimentalis et Applicata, 80: 101-104.

[18].- Hattori M., 1988.- Host plant factors responsible for oviposition behaviour in the limabean pod borer Etiella zinkenella Treitschke. Journal of Insect Physiology, 34: 191-196.

[19].- Foster S. P., Haward A. J., 1998.- Adult female and neonate larval plant preferences of the generalist herbivore, Epiphyas postvittana.Entomologia Experimentalis et Applicata, 92: 53-62.

[20].- Udayagiri S., Masson C.E., 1995.- Host-plant constituents as oviposition stimulants for a generalist herbivore: European corn borer.Entomologia Experimentalis et Applicata, 76: 59-65.

[21].- Romeis J., Wäckers F. L., 2002.- Nutritional suitability of individual carbohydrates and amino acids for adult Pieris brassicae. Physiological Entomology, 27: 148-156.

[22].- Schoonhoven L. M., Jermy T., Van Loon J. J. A., 1998.- Host-plant selection: When to accept a plant. In: Insect-plant Biology. From physiology to evolution. Ed. Chapman & Hall, 156-193.

[23].- Ramaswamy S.B., 1988.- Host finding and feeding in adult phytophagous insects. Journal of Insect Physiology, 34: 151-268.

[24].- Derridj S., Wu B. R., 1995.- Informations biochimiques présentes à la surface des feuilles. Implications dans la sélection de la plante hôte par un insecte. In (P.-A.) Calatayud et (B.) Vercambre. Interactions insectes-plantes. (Ed.). Actes des 5èmes journées du groupe de travail relations insectes-plantes. 26-27 oct 1995, Montpellier: 43-51.

[25].- Derridj S., Arnault I., Muller F., 2001.- Influence of biochemicals present on maize leaf surface on Diabrotica virgifera virgifera egg-laying. Proceedings XXI IWGO Conference, Oct. 2001, 5 p.