2.3.2. Appareillage et matériels utilisés

Spectrophotomètre UV–Visible de marque UNICAM (longueur d'onde fixée à 505 nm) muni d’une cuve en quartz de 10 mm d'épaisseur.

 2.3.3. Réactifs

 Acide sulfurique, H2SO4 (BIOCHEM, 96-98%, CAS n°7664-93-9), Chlorure de potassium, KCl (PROLABO, 99%), Ferricyanure de potassium, K3Fe(CN)6 (BIOCHEM, 99.5%, CAS n°13746-66-2), Acide borique, H3BO3 (PROLABO, 99%), Amino-4-antipyrine, C11H13N3O (BIOCHEM, CAS n°83-07-8), Phénol, C6H5OH (PROLABO), Hydroxyde de sodium NaOH (PROLABO, 98%).

  2.3.4. Mode opératoire

 La méthodologie du dosage, par UV Visible des composés phénoliques est basée sur les étapes suivantes :

   2.3.4.1. La distillation

 Cette étape sera nécessaire si les échantillons sont turbides ou colorés ou s'il s'agit d'eaux usées. 100 ml d’échantillon sont mis dans un ballon puis chauffés jusqu’à 220°C. Le distillat obtenu est ajusté à un pH < 2 avec H2SO4 9N[9,10].

  2.3.4.2. Le développement de la coloration 

 5ml de solution tampon de pH=10 mélangée avec le ferricyanure de potassium sont ajoutés à un volume de 10 ml de distillat. 10 ml de solution d'amino-4-antipyrine sont ensuite ajoutés, la coloration se développe ainsi pendant 2 minutes.

 3. Résultats et discussion

 La courbe d'étalonnage nous a fourni un coefficient de corrélationR2=0.9869. Nous avons reporté les valeurs de l'indice de phénol pour nos échantillons dans le Tableau (1).

 

Nous remarquons des valeurs assez élevées de l'indice de phénol pour les sites (2), (3) et (4) (stations de lavage) et la plus grande valeur a été trouvée pour le Site (4) au mois d'octobre 5.8892mg/l (Figure 6).

 Ces phénols proviennent des huiles de machines, produits détergents, bactéricides ou bactériostatiques utilisés en désinfection, l'acier, et la peinture [11,12].

 La production et le degré de pollution de ces composés sont souvent importants à la fin de la période de travail et au cours des nettoyages de fin de semaine et des périodes de congés.

 Notons que certains de ces rejets sont occasionnels, et ils peuvent correspondre, par exemple, à des fuites accidentelles de produits lors de leur manutention ou de leur stockage [13].

 Pour l'abattoir, les valeurs de l'indice de phénol sont aussi considérables, elles varient de 1.3 à 2 mg/l. Ces phénols résultent selon la littérature, d'urine et des déchets (matières fécales) des animaux (herbivores) [14].

 Nous remarquons aussi que les valeurs trouvées pour les eaux usées du deuxième point de prélèvement de l'abattoir sont supérieures à celles trouvées pour le premier point. Ceci peut s’expliquer par la possible dégradation de certains composés en dérivés phénoliques.

 Les valeurs obtenues pour l'hôpital (site 1) varient de 0.63 à 1.0364 mg/l. Elles dépassent la norme admise, mais elles sont assez faibles par rapport aux autres sites. La source de ces composés peut-être issue des détergents, des désinfectants et des produits pharmaceutiques.

 Les eaux usées du site (7) (l'usine de transformation du plastique) montrent une faible concentration en composés phénoliques 0.393mg/l .Cette valeur est conforme à la norme.

 Les résultats trouvés ont été confirmés par trois prélèvements à des saisons différentes l'été, l'automne et l'hiver. Nous constatons des variations de nos valeurs d'un prélèvement à l'autre mais nous pouvons dire que ce changement est relatif au taux d'activité qui change d'un jour à l'autre.

 4. Conclusion

 Au cours de ce travail, nous avons pu mettre en évidence dans les différents sites étudiés, des doses en composés phénoliques assez importantes dépassant dans la plupart des cas les normes admissibles des rejets d'eaux industrielles, notamment au niveau du site 4 où la valeur de l'indice de phénol a atteint la valeur de 5.8892 mg/l.

 Afin d'éviter le rejet de ces eaux contaminées ayant des effets nocifs pouvant entraîner la dégradation de la faune et de la flore, et pour lequel il n'existe pas de solutions techniques fiables actuellement dans la ville de Ouargla, il est impératif de se pencher sur les moyens les moins couteux en terme d’épuration localisée en utilisant les ressources naturelles (objet d’un autre travail de recherche dans notre équipe). Il faut signaler que des procédés biologiques sont souvent sensibles aux concentrations élevées et les techniques d'adsorption sur charbon actif sont alors trop coûteuses [15-19]. Ce présent travail sera complété par l'évaluation d'une technique qui vise à éliminer les dérivés phénoliques en milieux aqueux sur une colonne bicouche de charbon actif et de sable de dune.

 Références bibliographiques :

 [1] Carmen Manole Creanca ; ‘Procédé AD-OX d’élimination de polluants organiques non biodégradables (par adsorption puis oxydation catalytique)’ ; Thèse de doctorat ; Institut National Polytechnique de Toulouse, France, 2007.

 [2] J. Lesavre ; Rapport, Agence de l'eau Seine-Normandie.

 [3] B. Lemière, J. J. Segin, C. Lecnern, D. Guyonnet, Ph. Baranger, D. Darmendrail et P. Couil ; ‘Guide sur le comportement des polluants dans les sols et les nappes’ ; BRGM/RP-50662-Fr, 103p, 2001.

 [4] A. Namane, Y. Chergui et A. Hellal ; ‘Biorégération in situ de filtre de charbon actif en grain’ ; Sciences & Technologie A ; N°27 Volume-B, pp. 79-83, Université Mentouri, Constantine, Algérie, Juin 2008.

 [5] C. Leger ; ‘Vallée de Ouargla - Etude d'assainissement des eaux résiduaires pluviales et d'irrigation, Mission IIB : Caractérisation environnementale de la situation actuelle’ ; Office National de l'Assainissement des Ressources en Eau ; Algérie, 2003.

 [6] Y. El Guamri'l, D. Belghyti'l, Kh. El Kharrim, S. Raweh, I. Sylla'l et M. Benyakhef ; ‘Etude physico-chimique des eaux usées brutes de l'abattoir municipal de Kénitra (Maroc) en vu de la mise en œuvre d'un traitement convenable’ ; Sud Sciences et Technologie ; ISSN 0796-5419 n°16, juin 2008.

 [7] V. Johanet et M. Mizier ; ‘Traitement des eaux industrielles- effluents d'abattoirs : une pollution biodégradable’ ; L'eau, L'industrie, Les nuisances n°269.

 [8] J. Rodier ; ‘Analyse de l'eau’ ; 8e edition, Dunod, Paris, 2005, 536p.

 [9] Centre D’expertise En Analyse Environnementale Du QUÉBEC, ‘Détermination des phénols (indice phénol) dans les eaux souterraines, les eaux de surface, l’eau potable et les eaux usées : méthode colorimétrique automatisée avec l’amino-4-antipyrine’ ; MA. 400 – Phé 1.0, Ministère de l’Environnement du Québec, 2003, 15 p.

 [10] A. Rodrigez Gracia ; ‘Etude de la congélation comme technique de traitement des eaux : applications spécifiques’ ; Thèse de doctorat ; Institut National Des Sciences Appliquées de Toulouse, Université de Toulouse, France, 2004.

 [11] J. Bai, J.P. Wen, H.M. Li et Y. Jiang ; ‘Kinetic modeling of growth and biodegradation of phenol and m-cresol using Alcaligenes faecalis’ ; ELSEVIER, Process Biochemistry 42, pp 510-517 (2007).

 [12]G. Tziotzios, M. Teliou,V. Kaltsouni, G. Lyberatos et D. V. Vayenas ; ‘Biological phenol removal using suspended growth and packed bed ractors’ , ELSEVIER, Biochemical Engineering Journal 26, pp 65-71 (2005).

 [13] Jean-Claude Boeglin ; ‘G 1 210 – 1 Pollution industrielle de l'eau : caractérisation, classification, mesure’ ; Techniques de l’Ingénieur, traité Génie industriel.

 [14]E. M. Contreras, M. E. Albertario, N. C. Bertola et N. E. Zaritzky; ‘Modelling phenol biodegradation by activated sludges evaluated through respirometric techniques’ ; ELSEVIER, Journal of Hazrouds Materials 158, pp 366-374 (2008).

 [15]M. Shourian, K. Noghabi, H. S. Zahiri,T. Bagheri, G. Karballaei, M. Mollaei, I. Red, S. Ahadi, J. Raheb et H. Abbasi ; ‘Efficient phenol degradation by a newly characterized Pseudomonas sp.SA01 isolated from pharmaceutical wastewaters’ ; ELSEVIER, Desalination 246, pp 577-594 (2009).

 [16] N. Lahbabi, Z. Rais, M. Hajjaji et S. KACIM ; ‘Oxydation du phénol sur un catalyseur à base de Fer supporté sur une argile marocaine’ ; Afrique SCIENCE 05(3), pp 14–24 (2009).

 [17]H. Debellefontaine, Ph. Striolo, M. Chakchouk, J-N. Foussard et J. Besombes-Vailhe ; ‘Nouveaux procédés d'oxydation chimique pour l'élimination des rejets aqueux phénolés’ ; Revue des sciences de l'eau, 5, pp 555-572 (1992).

 [18] Kamenev, R. Munter et L. Pikkov ; ‘Wastewater Treatment In Oil Shale Chemical  Industry’ ; Estonian Academy Publishers, Oil Shale, Vol. 20, No. 4, pp. 443-457 (2003).

 [19] K. Lin, J. Pan, Y. Chen, R. Cheng et X. Xu ; ‘Study the adsorption of phenol from aqueous solution on hydroxypatite nanopowders’ ; ELSEVIER, Journal of Hazardous Materials, 161 pp 231-240 (2009).pdf