INVENTAIRE DE LA FAUNE ARTHROPODOLOGIQUE ASSOCIEE A LA COCHENILLE BLANCHE Parlatoria blanchardi  Targioni-Tozzeti SUR  DEUX  VARIETES DE DATTES (DEGLET-NOUR ET GHARS) A OUARGLA
pdf

BENAMEUR-SAGGOU H. 1, IDDER M.A. 1et CHELOUFI H. 1

  1. 1.Université KASDI Merbah OUARGLA, Laboratoire de Recherche sur la Phoeniciculture "Phoenix", Algérie. Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie

Résumé : L'inventaire de la faune associée à la cochenille blanche Parlatoria blanchardi par l'utilisation de deux méthodes de capture (battage et collecte à la main), nous a permis d'inventorier 16 espèces dont 31.25% sont des Coléoptères, suivis par les Hyménoptères avec un pourcentage de 25. La richesse totale la plus élevée est enregistrée pour les mois de décembre et d'avril au niveau de la variété Deglet-Nour (S= 14), alors que la richesse moyenne la plus importante est signalée pour la même variété mais à fort taux d'infestation par la cochenille blanche (Sm= 12.50 ± 1.04). Les fréquences centésimales des espèces capturées montrent que Cybocephalus suminillum, Pharoscymnusovoideus et Pharoscymnusnumidicus sont les espèces les plus abondantes au niveau des deux variétés de dattes Deglet-Nour et Ghars et à différents taux d'infestation par le ravageur. Ces espèces de coccinelles sont aussi les plus régulières, et leurs fréquences d'occurrence varient entre 50 et 66.67%. La diversité dea faune associée à la cochenille blanche est assez importante et elle est en état d'équilibre pour les variétés de dattes Deglet-Nour et Ghars.

Mots-clés: Inventaire, faune associée, cochenille blanche, Deglet-Nour, Ghars.

INVENTORY OF ARTHROPODOLOGIC FAUNA ASSOCIATED WITH WHITE COCHINEAL,  Parlatoria blanchardi  Targioni-Tozzeti  ON TWO VARIETIES OF THE PALM DATE IN OUARGLA

Abstract:The inventory of the fauna associated with the white scale Parlatoriablanchardi by using two methods of capture (hype and hand) , allows us to inventory 16 species which 31.25 % are Coleoptera followed by Hymenoptera with percentage of 25 . the highest total wealth is recorded for the month of December and April , while the largest average wealth is reported for the DegletNour variety with high levels of infestation by white scale (Sm = 12.50 ± 1.04) . Centesimal frequencies captured species show that Cybocephalussuminillum, Pharoscymnusovoideus and Pharoscymnusnumidicusare the most abundant and that for the two varieties of dates and at different levels of infestation by the pest. These species of beetles are also the most consistent with their frequency of occurrence varied between 50 and 66.67 %. The diversity of feet DegletNour and Ghars varieties by white scale associated fauna is quite important and it is in equilibrium.

Key words: Inventory, associated fauna, white scale, variety of date, biological control

Introduction 

Le patrimoine phœnicicole algérien est confronté à plusieurs maladies et ravageurs constituant une contrainte pour  son développement et sa préservation. Nous assistons à une diminution sensible de la récolte et parfois à une disparition même du palmier, conséquence de l'apparition et du développement de ces maladies et déprédateurs [1]. En dehors de la fusariose du palmier dattier Fusariumoxysporum f. sp. Albedinis MAL, la cochenille blanche Parlatoriablanchardi est un ravageur redoutable. Cette diaspine se fixe sur toutes les parties de l'arbre. C'est surtout l'encroutement, d'aspect blanc sale, provoqué par l'entassement des boucliers qui est à l'origine de l'affaiblissement des arbres [2]. Plusieurs essais de lutte ont été réalisés  pour combattre ce ravageur. Les travaux de IDDER et al [3] ont fait ressortir que la  lutte physique et à moindre degré la lutte chimique sont les plus efficaces contre cette cochenille, par contre elles constituent un réel danger pour les auxiliaires présents naturellement. La lutte biologique préserve par contre la faune utile et l'équilibre biologique de la palmeraie. Des résultats spectaculaires ont été obtenus en République Islamique de Mauritanie par l'utilisation de Chilocorus bipustulatus [4]. Cette espèce a été également  utilisée avec succès au nord du Niger [5].En Algérie, la lutte biologique demeure encore à la phase expérimentale [6]. Les espèces utilisées dans ce domaine sont toujours des auxiliaires naturels des ravageurs. L'objectif de notre travail est d'établir un inventaire de la faune auxiliaire de la cochenille blanche adaptée aux conditions de nos palmeraies sur deux variétés de dattes Deglet-Nour et Ghars en tenant compte des différents degrés d'infestation par cette diaspine.

1. Matériel et méthodes

2.1. Présentation de la station d'étude

L'exploitation de l'université Kasdi Merbah de Ouargla est située à 6 Km du centre-ville. Elle occupe une superficie de 28,8 hectares, partagée en 8 secteurs A, B, C, D, E, F, G et H. Chacun de ces secteurs occupe près de 3,6 hectares. Les secteurs A, B, C et D sont cultivés par des palmiers dattiers et les autres sont réservés pour une mise en valeur ultérieure. Cette palmeraie compte un effectif de 1230 pieds avec une dominance de la variété Deglet-Nour, suivie par la variété Ghars. L'exploitation est à plantation organisée, caractérisée par des écartements de 9 m sur 9 m. En intercalaire, les planches sont réservées aux cultures fourragères et maraîchères irriguées par submersion. La palmeraie est protégée par un réseau de brise vents à base de Casuarina et d'Eucalyptus.

2.2. Matériel biologique

L'étude a été menée sur 12 pieds de palmier dattier appartenant à deux variétés de datte à savoir Deglet-Nour et Ghars et présentant deux niveaux d'infestation par la cochenille blanche.

2.3. Méthodologie de travail

Pour les deux variétés de dattes, 03 pieds de palmier dattier avec un faible taux d'infestation (note 2) sont retenus ; le même nombre est choisi avec une forte  infestation (note 4)  par ce ravageur. La notation et l'estimation du taux d'infestation est établie par la méthode d'EUVERTE [7]. Le barème de notation  consiste à attribuer à chaque couronne une note variant de 0 à 5 suivant la population de la cochenille (Tableau 1).

Tableau 1. Notation et estimation du degré d'infestation du palmier dattier par la cochenille blanche [8].

Note

Cochenille /cm2

Appréciation

0

0

Aucune cochenille

0.5

15

Quelques cochenilles

1

60

Début d’infestation

2

120

Population faible

3

190

Population moyenne

4

260

Début d’encroutement

5

320

Encroutement total

L'inventaire de la faune associée à la cochenille blanche a fait appel à  deux méthodes d'échantillonnage. La première consiste à appliquer le battage, considéré comme le plus adéquat à la morphologie du palmier dattier, la deuxième concernela capture directe (à la main) des espèces d'arthropodes sur les pieds échantillonnés.

2.4 Traitement des données

Les résultats obtenus sont traités par l'utilisation des indices écologiques de composition, à savoir la richesse totale [9], la fréquence centésimale [10] et la fréquence d'occurrence [11] ainsi que quelques indices de structure tels que l'indice de diversité de Shannon-Weaver [12] et l'équitabilité [9].

3. Résultats et discussion

3.1. Inventaire des espèces associées à la cochenille blanche

 Les résultats sur l'inventaire qualitatif de la faune associée à la cochenille blanche sur les deux variétés de dattes Deglet-Nour et Ghars (tableau 2) montrent la présence de 16 espèces, appartenant à 02 classes, 06 ordres et 11 familles.

Tableau 2.  Inventaire des arthropodes associés à la cochenille blanche sur deux variétés de dattes (Deglet-Nour et Ghars) dans l'exploitation de l'université d'Ouargla

Embranchement des Arthropodes

Classes

Ordres

Familles

Espèces

Insectes

Coléoptères

Coccinellidae

Pharoscymnusovoideus

Pharoscymnusnumidicus

Stethoruspunctillum

------

Coleopterasp.

Nutidilidae

Cybocephalusseminillum

Nevroptères

Chrysopidae

Crysopavulgaris

Hyménoptères

Aphelinidae

Aphytismytiaspidis

Formicidae

Camponotussp.

Lepisiotafarvenfeldi

Tapinomanigerrimum

Hétéroptères

Anthocoridae

Anthocorissp.

Diptères

Muscidae

Muscadomestica

Culicidae

Culex   pipiens

Arachnides

Aranéides

Argiopidae

Argiopidaesp.

Phalangidae

Phalangidae sp.1

Phalangidae sp.2

La classe des Insectes est la plus représentée avec 05 ordres, 09 familles et 13 espèces, alors que la classe des Arachnides  referme  un seul ordre et 02 familles (tableau 2). Au niveau de la même station et par l'utilisation d'autres méthodes de capture, 22 espèces ont été inventoriées, réparties en 4 classes [13]. La classe des insectes, renferme la majorité des espèces capturées, atteignant le nombre de 16 espèces réparties en 6 ordres.

L'ordre des Coléoptères regroupe l'effectif le plus élevé, il compte 05 espèces soit 31,25%, suivi par les Hyménoptères avec 04 espèces (25%), les Aranéides (18,75%) et les Diptères (12,5%). Les Hétéroptères et les Névroptères sont les moins représentés (6,25%), avec une seule espèce (Figure 1). Dans une palmeraie à Biskra, le même nombre  de Coléoptères (05 espèces) a été  signalé, toutefois avec des différences plus ou moins importantes en nombre d’espèces capturées [6].

B05010601

3.2 Exploitation des résultats par les indices écologiques

3.2.1 Richesse totale et moyenne

L'échantillonnage de la faune associée à la cochenille blanche a permis de noter une variation de la richesse totale et moyenne (tableau 3) durant les six mois de travail.

Tableau 3. Richesse totale et moyenne des espèces échantillonnées sur les deux variétés de dattes

   

Décembre

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Ghars fortement infestée

S

12

11

11

12

13

12

Sm

11,83 ± 0,75

Ghars faiblement infestée

S

12

09

11

12

12

13

Sm

11,50 ± 1,37

Deglet-Nour fortement infestée

S

14

12

11

12

13

13

Sm

12,50 ± 1,04

Deglet-Nour faiblement infestée

S

13

12

12

12

12

10

Sm

11,83 ± 0,98

S: Richesse totale                                                                       Sm: Richesse moyenne

La richesse totale varie entre 10 et 14 espèces, avec un nombre élevé  au mois de décembre (14 espèces) et avril (13 espèces), alors que 10 espèces ont été signalées  pour le mois de mai sur Deglet-Nour faiblement infestée. Cependant,  la variété Deglet-Nour fortement infestée par la cochenille blanche, présente la richesse moyenne la plus importante (Sm = 12,50 ± 1,04). Il est à  noter que le mois de décembre présente une richesse totale considérable qui arrive à 14 espèces échantillonnées pour les deux variétés de dattes étudiées. L'activité des insectes est en relation avec le niveau de population de leurs proies et éventuellement les conditions climatiques. Ils présentent toujours des sites d'hivernation pour échapper aux conditions climatiques défavorables de l'hiver, mais demeurenttoujours présents dans l'écosystème [6].

3.2.2 Fréquences centésimales des coléoptères associés à la cochenille blanche

Les fréquences centésimales des coléoptères associés à la cochenille blanche sur les différentes  variétés étudiées sont présentées dans la figure 2.

B05010602

A partir de cette étude, nous avons noté que les deux variétés de dattes abritent les mêmes espèces de coléoptères. La variété Ghars compte une moyenne de 382 individus capturés, alors que Deglet-Nour n'abrite que 327 individus en moyenne. Plusieurs auteurs [14], [15] et [16] annoncent que la variété Deglet-Nour est toujours plus infestée par la cochenille blanche qui constitue la proie de ces coléoptères que la variété Ghars. Les relations entre coccinelles et proies sont très complexes, le choix spécifique apparent est en rapport avec un choix de milieu plus que de proie [16]. Des études menées par IDDER [14] montrent qu'il existe des différences dans la composition biochimique des palmes des deux variétés de dattes étudiées. L'ordre des Coléoptères est le plus dominant durant la plupart des mois d'échantillonnage. La fréquence centésimale arrive pour Ghars et Deglet-Nour respectivement à 59,80% et 62,25%. L'importance des coléoptères capturés par la méthode de battage a été également enregistrée par [6] avec une  FC qui atteint  82,41% au niveau des palmeraies de Biskra.

En termes d'espèces, Cybocephalus suminillum vient en tête des espèces recensées, les fréquences centésimales les plus élevées varient entre 30,27 et 32,19 % pour la variété Ghars et entre 29,30 et 38,28 % pour Deglet-Nour. Les taux d'abondance  des deux espèces Pharoscymnus numidicus  et Pharoscymnus ovoideus sont relativement proches, compris entre 20,43 et 28,64 % pour Ghars et de 22,54 à 29,77 %  pour Deglet-Nour (Figure 2). Des effectifs élevés de  Cybocephalus suminillum sont enregistrés au niveau de 09 palmeraies dans la région d'Ouargla par rapport aux autres coléoptères inventoriés [17]. L'espèce Pharoscymnus ovoideus est toujours la plus dominante par rapport au Pharoscymnus numidicus quelles que soient l'année, la nature de la palmeraie (à plantation organisée ou non organisée) ou même la région [6].

3.2.3 Fréquences d'occurrence des arthropodes associés à la cochenille blanche

Les espèces recensées durant notre étude ne présentent pas la même fréquence d'occurrence. Les espèces notées comme les plus régulières sont Pharoscymnus ovoideus, Pharoscymnus numidicus et Cybocephalus suminillum, leurs fréquences d'occurrence varient entre 50 et 66,67%. Exception faite pour la Deglet-Nour à fort taux d'infestation, où elles sont constantes (FO= 83.33%). La seule espèce considérée comme rare est Aphytis mytiaspidis avec FO = 16,67% pour la variété Deglet-Nour. La couronne du palmier dattier abrite 07 espèces de Coléoptères durant toute l'année [18].

3.2.4 Indice de diversité de Shannon-Weaver (H’) et de l’équitabilité (E).

Les valeurs de l'indice de diversité de Shannon-Weaver (H') enregistrées  pour les espèces capturées sont proches pour la même variété quel que soit son niveau d'infestation par la cochenille blanche (Tableau 4).

Tableau 04-Indice de diversité de Shannon-Weaver (H’), la diversité maximale (H’ max) et l’équitabilité (E) appliqués aux espèces inféodées aux variétés Ghars et Deglet-Nour

 

Ghars fortement infestée

Ghars faiblement infestée

Deglet-Nour fortement infestée

Deglet-Nour faiblement infestée

H' (bits)

2.53

2.23

3.24

3.20

H' max (bits)

3.56

3.51

3.63

3.55

E

0.70

0.63

0.89

0.90

H’: Indice de diversité de Shannon-Weaver; H’ max: diversité maximale; E: équitabilité

Il est à noter que cet indice est élevé pour Deglet-Nour par rapport à Ghars. L'équitabilité  (E) calculée pour les espèces capturées  tend vers la valeur 1, particulièrement pour la variété Deglet-Nour, comprise entre 0.89 et 0.90, ce qui traduit un équilibre entre les effectifs capturés. Une communauté sera d'autant plus diversifiée que l'indice H' sera plus grand [9]. Il est à dire que la diversité des pieds des variétés Deglet-Nour et Ghars par la faune associée à la cochenille blanche est assez importante et elle est en état d'équilibre (absence de compétition entre les espèces).

Conclusion

L'inventaire de la faune associée à la cochenille blanche Parlatoria blanchardi est une étape très importante dans le cadre d'une introduction à la lutte biologique contre ce ravageur.  L'exploitation de nos résultats par l'utilisation des indices écologiques, nous a permis d'actualiser notre liste d'arthropodes capturés. La prédominance des insectes et en particulier les coléoptères avec trois espèces à savoir Pharoscymnus ovoideus, Pharoscymnus numidicus et Cybocephalus suminillum est confirmée. Leurs fréquences centésimales et d'occurrence les plus élevées par rapport aux autres espèces capturées nous  indiquent que ces dernières sont les plus adaptées aux conditions des palmeraies de la région d'Ouargla. L'utilisation de ces coccinelles comme des auxiliaires dans un cadre d'une tentative de lutte biologique contre la cochenille blanche est une démarche en perspective. Cela ne se réalise que par une maîtrise de la bio-écologie de ces espèces et par des essais d'élevage et de multiplication de ces auxiliaires naturels.

Références bibliographiques

[1].Idder M.A. 1984 : Inventaire des parasites d'Ectomyeloisceratoniae ZELLER (Lepidoptera, Pyralidae) dans les palmeraies de Ouargla et lâchers de Trichogrammaembryophagum HARTIG (Hymenoptera, Trichogrammatidae) contre cette pyrale. Mémoire Ing. Agro., I.N.A., El-Harrach (Algérie). 70p.

[2]. Medkouri M.1975 : Travaux préliminaires en vue d'une lutte biologique contre Parlatoriablanchardi au Maroc. Options méditerranéennes; (26) : 82-85

[3]. Idder M.A., Bensaci M., Oualan M. et Pintureau B.2007: Efficacité comparée de trois méthodes de lutte contre la cochenille blanche du palmier dattier dans la région d'Ouargla (Sud-est algérien) (Homoptera, Diaspididae). Bulletin de la Société entomologique de France; 112 (2) : 191-196

[4]. Iperti G. 1968 : Intervention bio-écologique en Adrar mauritanien destine à lutter contre la cochenille blanche du palmier dattier ParlatoriablanchardiTarg. Fruits; 23 (10) : 543-525

[5].StanslyP.A. 1984 : Introduction and evaluation of Chilocorusbipustulatus (Col.: Coccinellidae) for control of Parlatoriablanchardi (Hom.: Diaspididae) in date groves of Niger. Entomophaga; 29 (1) : 29-39

[6]. SaharaouiL., Biche M. et Hemptinne J.L. 2010 : Dynamique des communautés des coccinelles et interaction avec leurs proies sur palmier dattier à Biskra. Bulletin de la société zoologique de France; 135 (3-4) : 265-280

[7]. Euvert G.  1962 : Programme d'étude de ParlatoriablanchardiTarg. et ses prédateurs sur la station de Kankaossa, Rapport, I.F.A.C. 75p.

[8]. Laudeho Y. et Praud J.Y. 1970 : une méthode d'estimation de la population de ParlatoriablanchardiTarg. présente sur un dattier. Fruits; 25 (4) : 245-251

[9].Blondel J.1979 : Biogéographie et écologie, ed. Masson, (Paris). 173 p.

[10].Faurie C., Ferra C., MedoriP., Devaux J. et Hemptinne J.L.2003 : Ecologie approche scientifique et pratique, ed. TEC et DOC, (Paris). 407 p.

[11].Dajoz R.1982- Précis d’écologie, ed. Dunod, (Paris). 503 p.

[12].Ramade F.1984 : Eléments d’écologie- Ecologie fondamentale, ed. Mc Graw-Hill Inc, (Paris). 397 p.

[13]. Bkiri S. et Ben attaila F. 2013 : Etude des facteurs favorisant le développement et la multiplication de la cochenille blanche: recherche d'éventuels parasitoïdes. Mémoire Master, Université Ouargla, (Algérie). 58 p.

 [14]. Idder M.A. 1992 : Aperçu bioécologique sur ParlatoriablanchardiTarg. (Homoptera, Diaspididae) en palmeraies de Ouargla et utilisation de son ennemi PharoscymnussemiglobosusKrash. (Coleoptera-Coccinellidae) dans le cadre d'un essai de lutte biologique. Mémoire de Magister en Sciences Agronomiques, I.N.A., El-Harrach, (Algérie). 102 p.

[15]. Boussaid L. et Maache L. 2000:Données sur la bioécologie et la dynamique des populations de ParlatoriablanchardiTarg. dans la cuvette de Ouargla. Mémoire Ing., I.A.S., Ouargla, (Algérie). 94 p.

[16].Paulian R. 1988 : Biologie des Coléoptères, ed. Lechevalier, (Paris). 719 p.

[17]. Zenkhri S. 1987: Tentative d'une lutte biologique par l'utilisation de PharoscymnussemiglobosusKrash.

(Coleoptera-Coccinellidae) contre ParlatoriablanchardiTarg.  (Homoptera, Diaspididae) dans la région de Ouargla. Mémoire Ing. Agr., I.T.A.S., Ouargla, (Algérie). 68 p.

[18].Saggou H. 2009 : La faune des palmeraies de Ouargla: Interaction entre les principaux écosystèmes. Mémoire Magister, Université Ouargla, (Algérie). 157 p.