EVALUATION DE L'ACTIVITÉ ANTI-INFLAMMATOIRE D’EXTRAITS AQUEUX DE FEUILLES Limoniastrum feei (PLUMBAGINACEA)pdf

RAHMANI Smahia1,BELBOUKHARINasser1, SEKKOUM Khaled1, CHERITIAbdelkrim2

(1)LaboratoiredesMoléculesBioactivesetSéparationChirale(LMBSC)

UniversitédeBechar, Béchar,Algérie

(2)LaboratoiredePhytochimieetSynthèseOrganique(LPSO)

UniversitédeBechar, Béchar,Algérie

E-mail:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Résumé.-L’objectif du travail était d’étudier l’effet antiinflammatoire de l’extrait aqueux des feuilles de Limoniastrum feei afin de valoriser son utilisation en médecine traditionnelle. La dose de 25mg /kg de l’extrait aqueux des feuilles réduit significativement l’œdème de la patte de la souris induit par le formol par une diminution de l’inflammation par rapport au diclofénac, de (85% et 95%) respectivement. 

Motsclés:Limoniastrum feei, anti-inflammatoire, œdème

EVALUATE THE ANTI INFLAMMATORY OF THE OF THE AQUEOUS EXTRACT FROM LEAVES OF Limoniastrum feei (PLUMBAGINACEA)

Abstract.-The objective of the study was to evaluate the antiinflammatory of the aqueous extract of the leaves of Limoniastrum feei in order to enhance its use in traditional medicine. The dose of 25mg / kg of the aqueous leaves extract significantly reduced the paw edema of mouse induced by formalin in a reduction of inflammation relative to diclofenac, of (85% and 95%) respectively.

Keywords:Limoniastrum feei, anti- inflammatoir, edema

Introduction

L’inflammation est une réaction de défense de l’organisme à diverses agressions qui peuvent être d’origine physique, chimique, biologique (réponse immunitaire) ou infectieuse. Le traitement actuel de l’inflammation fait appel aux anti-inflammatoires stéroïdiens (glucocorticoïdes) et non stéroïdiens comme l’aspirine. Ces molécules bien qu’étant efficaces présentent le plus souvent des effets indésirables qui peuvent gêner leur utilisation au long cours [1].

En Algérie la phytothérapie est utilisée depuis toujours dans le secteur de la médecine traditionnelle. Aujourd’hui les plantes jouent encore un rôle très important dans les traditions thérapeutiques et la vie des habitants, mais les règles de leur utilisation manquent parfois de rigueur et ne tiennent pas compte des nouvelles exigences de la thérapeutique moderne. Ces dernières années, beaucoup de recherches se sont orientés vers la valorisation de la médecine traditionnelle en vue de vérifier la sureté et l’efficacité des plantes utilisées et d’établir des règles scientifiques pour l’usage de ces plantes. Dans ce contexte s’inscrit le présent travail de recherche dont l’objectif essentiel consiste à vérifier l’activité anti-inflammatoire de l’extrait aqueux des feuilles de L. feei.

L. feei appartient à la famille des Plumbaginacées. Il s’agit d’une espèce dite saharo-arabique stricte, qui croît dans tout le Sahara septentrional algérien et marocain [2].

Différentes parties de L. feei sont employées en médecine populaire en raison de ses multiples effets thérapeutiques. Il est principalement utilisé contre les infections respiratoires et intestinales, les douleurs gastriques. Elle est aussi utilisée comme antibactérien [3].

Pour étudier l’activité de la plante après une inflammation aigue, un œdème local provoque par le formol dans la patte de souris [4].

1.- Matériels et méthodes

1.1.- Matériel végétal

Le matériel végétal est constitué de feuilles de L. feei dont l'identification a été réalisée au LaboratoiredePhytochimieetSynthèseOrganiquede l'Université Tahri Mohammed de Béchar. L'extrait aqueux est préparé par extraction soxhlet 25 grammes de poudre dans 150 ml d'eau distillée pendant 6 heures. Après la décantation le surnageant est filtré et le filtrat est évaporé sous vide dans un évaporateur rotatif (Buchi ) . Le filtrat a été lyophilisé au lyophilisateur type (Christ Alpha 1-2 LD plus) . Le rendement de l'extrait aqueux est de 45,4 % . Cet extrait sera rendu soluble dans l’eau physiologique .

1.2.- Matériel animal

Les expériences ont été réalisées chez des souris de souche Swiss albinos,de poids compris entre 25g et 43 g. Les souris ont été réparties au hasard en 3 lots homogènes de 3 souris.

 1.3.- Réactifs

Solution de formol à 1% dans du sérum physiologique, extraits aqueux de feuilles de L. feei, acide 2-[2-(2,6-dichlorophenyl) amnophényl] éthanoïque (diclofenac),comme anti-inflammatoire de référence.

1.4.- Appareillage

Pléthysmomètre (LE 7500 pléthysmomètre, Barcelona SPAIN) pour mesurer le volume de la patte de souris.

1.5.- Protocole expérimentale

1.5.1.- Evaluation de l'activité anti-inflammatoire

L'œdème est provoqué par l'injection dans l'aponévrose de la plante du pied d’une solution de formol à 1% [5]. Selon laquelle l’inflammation est induite par injection de formole au niveau de la voûte plantaire de la patte droite du souris. L’œdème causé par cet agent phlogogène sera traduit en volume et mesuré par le Pléthysmomètre ce qui permet de suivre l’évolution du processus inflammatoire. Pour chaque essai de l’activité anti-inflammatoire, trois lots de trois souris ont été utilisés. Ces souris ont été mises à jeun, 17 heures avant l’essai.

- Lot témoin : Les souris de ce lot reçoivent la solution véhicule (eau physiologique) par voie intra-péritonéale (ip), 30 mn avant l’injection de formole (25 ml/kg; 1%) dans la voûte plantaire de la patte droite du souris.

- Lot référence : Les souris de ce lot ont été traités par voie (ip) avec un anti-inflammatoire utilisé en thérapeutique, 30 mn avant l’injection de la formole. L’admnistration de l’anti-inflammatoire se fait à raison de 25mg/kg .

- Lot essai : L’extrait à tester est admnistré aux souris par voie ( ip) à raison de 25 mg/kg ; 30 mn avant l’injection de formol.

Le suivi de l’évolution de l’œdème se fait par mesure des deux pattes : une patte traitée P(t) et une patte non traitée P(nt), et ceci à 0. 30, 60, 120, 180 mn après injection du formol.

L’activité anti-inflammatoire des produits testés et son évolution ont été estimées par la détermnation des pourcentages moyens d’inhibition de l’œdème, calculés suivant la formule.

% d'inhibition = x 100

 - V0 représente le volume de la patte à t=0 (avant injection du formol),

- Vt représente le volume de la patte à un temps t quelconque.

1.6.- Analyse statistique

Les résultats ont été analysés par le test t de Student. Les valeurs de p < 0,05 a été considérées comme significatives.

 2.-Résultatsetdiscussion

2.3.3.- Activité anti-inflammatoire

 Criblage de l’activité antiœdèmateuse

L’étude a été conçue pour évaluer l'activité anti-inflammatoire des feuilles de la plante L. feei,Les expériences ont été réalisées sur le modèle de l'œdème de la patte de souris induit par le formol à 1%. Il est testé sur ce modèle les extraits aqueux, à la dose de 25 mg/kg en admnistration par intra-péritonéale. Les résultats obtenus ont été comparés à ceux d’un médicament le diclofénac qui est un anti-inflammatoires non stéroïdiens et à ceux du contrôle physiologique. Après l’injection de l'eau physiologique, le formol entraîne une augmentation significative du volume de la patte de souris de 0,11±0,005 de 0,13±0,01 et de 0,136±0,01et de 0,14±0,02 respectivement à 30 mn, 60 mn et 120 mn et 180mn.

L’injection de diclofénac à la dose de 10 mµ/kg par voie i-p prévient de façon significative l'augmentation du volume de la patte de souris. Elle est de 0,09±0,02%, de 0,08±0,01% et de 0,076±0,005 et 0,073±0,005 à 1 et 3 h après l’injection du formol. En ce qui concerne les extraits aqueux, ont été faits pour empêcher l'augmentation du volume de la patte de souris. Elle est de 0,09±0,011, de 0,07±0,010, et de 06±0,01, pendant à 1.30 et 3 h après l'injection de formol. Ces résultats sont significativement différents de ceux du contrôle physiologique. (fig. 1).

1060107

Figure 1.- Evolution de l’œdème (m ± E.T) en présence d’un prétraitement par voie intra-péritonéale, après l’injection de le formol (0,025 ml; 1%), Chaque point représente une moyenne de 3 souris

L'évaluation du pourcentage d'inhibition montre que l'extrait aqueux de L. feei possède une activité anti-inflammatoire. A la deuxième heure l'extrait aqueux à la dose de 25 mg/kg montre respectivement un pourcentage d'inhibition de 20±0,007%, et de 33.33±0,01%, et 69±0,03% et de 85±0,04%. Cette inhibition de l'œdème a été moins efficace que ceux obtenus avec diclofénac au cours de la même période (fig. 2). En dépit de cela, nous pouvons dire que L'extrait aqueux de feuilles de L. feei,présente une activité anti-inflammatoire.

2060107

Figure 2.- Pourcentage moyen d’inhibition de l’œdème des pattes droites des souris, induit après les traitements lors du test de l’activité antiœdémateuse de l’extrait aqueux

des feuilles de L-feei

Les études phytochimiques ont permis de caractériser dans les feuilles de L. feei des tanins; des stérols; des terpenoïdes ; des flavonoïdes; des saponines et une absence des alcaloïdes [6]. Les organes de L. feei sont riches en substances polyphénoliques [7].

Les résultats obtenus à l'issu des tests antiinflammatoires montrent que les extraits aqueux des feuilles de L. feei, réduisent de façon appréciable l'œdème induit par le formol. L'inhibition de l'œdème de l’extrait aqueux de la plante est comparable, à celle de diclofénac. La richesse de l’extrait aqueux de la plante en différents constituants chimiques peut justifier cette activité.

Dans les conditions expérimentales le formole a provoqué l'œdème dont le volume est maximal au bout de trois heures [8, 10]. Le formole provoque l'inflammation locale lorsqu'il est injecté dans l'aponévrose de la plante du pied [5, 11 ,12] tout comme la carragénine [13,14]. La cause de cette réaction inflammatoire est la lésion tissulaire. Cette lésion tissulaire induit la synthèse de l'histamne, des prostaglandines, des leucotriènes [15], du PAF (facteur d'activation p1aquettaire), des cytokines, du NO (monoxyde d'azote) et du TNF (facteur de nécrose tumorale) [16]. Les effets d’extraits aqueux de L. feei sur l'oedème s'expliquerait par l'inhibition de la synthèse des substances pro-inflammatoires.

Conclusion

L’effet anti-inflammatoire d’extraits aqueux de L. feei a été évalué dans le présent travail. Les résultats obtenus montrent que l’extrait a aqueux possèdes une activité antiinflammatoire. En effet, lors du test d’inhibition du développement de l’œdème de la patte induit par le formol chez la souris permet de conclure que l’extrait aqueux des feuilles de L. feei possède un effet anti-inflammatoire significativement à celui de diclofénac. L’évaluation de l’activité anti-inflammatoire de l’extrait de L. feei montre que cette plante possède un pouvoir pharmacologique, ce qui supporte son usage traditionnel pour le soulagement de diverses affections inflammatoires.

Référencesbibliographiques

[1].- Gaziano J. M., Gibson C. M., 2006.- Potential for drug-drug interactions in patients taking analgesics for mild-to-moderate pain and low-dose aspirin for cardioprotection. Am J Cardiol, 97 : 23-9.

[2].-Ozenda., 2004.- Flore et végétation du Sahara. Ed. CNRS, Paris, 624 p.

[3].- Belboukhari N., Cheriti A., 2005.-Antimicrobial Activity of Aerial Part Crude Extracts from Limoniastrum feei . Asian J. Plant Sci, 4(5):496-498

[4].- Winter C. A., Risley E. A., Nuss G. W., 1962.- Carrageenin-induced œdema in hind paw of the rats as an assay of anti-inflammatory drug. Proc Soc Exp Biol Med , 111: 544–547

[5].-Sen T.; Nag C. A. K., 1991.- Antiinflammatory evaluation of Pluchea indica root extract. J. of Ethnopharmacology, 33: 135-141.

[6].- Rahmani S., Ziane L., Belboukhari N., Cheriti A., 2012. -The Saharan medicinal plant Limoniastrum feei: Ethnomedical survey and prelimnary phytochemical screening of antibacterial extracts. PhytoChem & BioSub Journal, 6(2): 83-87.

[7].-Rahmani S., Belboukhari N., Cheriti A., Bourmita Y., Ould El Hadj M. D., 2013.- Glucoside flavonoids from the antimicriobial extract of the Saharan medicinal plant Limoniastrum feei. Biochemistry An Indian Journal, 7 (4): 137-140.

[8].-Singla A. K.; Pathak k.,1990.- Topical antiinflammatory effects of Euphorbia prostrata on carrageenan-induced footpad oedema in mice . Journal. of Ethnopharmacology, 29: 291-294.

[9].- Ivanovska N.; Philipov S.; Istatkova R., 1997.-Evaluation of anti-inflammatory activity of plants used in Bulgarian folk medicine . Fitoterapia, LXVIII (5): 417-422.

[10].-Viana C. F. G.; Aragao A. G. M.; Ribeiro R. A.; Magalhaes J. F. G.; Yale M . R., 1998.- EffectsofAgeratum connyzoides in nociception and inflammation response induced by zymosan . Fitoterapia, LXIX (4): 349-354.

[11].-Singh S.; Bani S.; Singh S. B.; Gupta B. D.; Banerjee S. K.; Singh B.,1997.- Antinflammatory activity of lupeo1. Fitoterapia, LXVIII (1): 9-16.

[12].- Suzuki T.; Kishimoto Y.; Misawa M., 1996.- Formalin-and carrageenan-induced inflammation attenuates place preferences produced by morphine,methamphetamne and cocaine. Life Science, 59: 1667-1674.

[13].-Bhatt K. R.; Mehta R. K.; Shrivastana P. N., 1977.- A simple method of recording anti-inflammatory effects on rat paw oedema .lndian 1. of Physiology and Pharmacology, 21: 399-400.

[14].-Ossipov M. H.; Kovelowski C. J.; Porreca F., 1995.-The increase in morphine antinoceptive potency produced by carrageenan-induced hindpaw inflammation is blocked by nalttrindole, a selective delta-opiod antagonist . Neuroscience Letter, 184: 173-176.

[15].- Ammon H. P. T.; Safayhi H.; Mack T.;Sabieraj J., 1993.- Mechanism ofantiinflammtory actions of curcumne and bowellic acids. Ethnopharmacology, 38:113-119.

[16].- Clarke J. M.; Sabrena M. B.; Edward C.; Jo Rae W.,1996.- Surfactant protein A protects growing cells and reduces TNF-alpha activity from LPS-stimulated macrophages. American Journal of Physiology, 271:310-319.