performances des variétés secondaires d’olivierpdf

(Olea europaea L.,) en tunisie

Masmoudi Charfi C., Ben Abdallah S., Oueslati A.,

Ayadi M., Belhadj Ismail E.,

Laboratoire d’Amélioration de la Productivité de l’Olivier et Qualité du Produit.    Institut de l’Olivier. Station de Tunis Sis INRAT-Tunisie.

Résumé : Ce travail a été réalisé au Nord de la Tunisie dans le but d’évaluer les performances des variétés secondaires d’olivier (Barouni, Beldi, Dokhar, Rkhami, Kessi, Gerboui, Zarrazi, Zalmati, Zarzane, Chamchali, Tounsi, Gemri, Dhahbia, Besbassi, Gtar et Oueslati) en âge de croisière, cultivées en intensif et sous irrigation déficitaire (64%ETc). Les résultats ont été comparés à ceux obtenus chez les principales variétés Chétoui et Chemlali cultivées sur le même site et ailleurs. Il apparait que les variétés Chemlali, Zarzane et Doukhar sont les plus vigoureuses, avec des volumes de la frondaison >15%, un accroissement annuel des pousses compris entre 25 et 35% et une couverture du sol > 20%, dont il faut tenir compte pour chaque variété lors de l’estimation des besoins en eau de la culture en raison de sa grande variabilité. Les quantités d’eau apportées et leur répartition ont permis de couvrir correctement les besoins en eau de la plupart des variétés mais pour certaines, comme Sayali (-20,7%), Dhahbia (-3%) et Chemlali (-8%), un rétrécissement du diamètre des fruits a été observé au cours du stade 2 de développement des olives, ce qui a nécessité un réajustement de la répartition des apports d’eau après la période de floraison. Sur la base des EUE, les variétés étudiées ont été classées. Les variétés Barouni et Zarrazi ont eu une EUEfruit >1 mm/m3 alors que les variétés Souihli, Chemchali, Beldi, Chétoui, Zarzane, Rkhami et Dahbia ont présenté une EUEproduction >1 kg/m3. Les résultats relatifs aux analyses d’huile ont révélé des rendements allant de 8,5% (Rkhami) à 20,9% (Barouni). Les taux supérieurs à 15% ont été obtenus chez Barouni, Sayali et Chétoui ; ces deux dernières ont présenté des teneurs en acide oléique (70%) plus élevées que celle de la variété Chétoui (62%), principale variété du Nord tunisien. Les teneurs en acide palmitique (C16:0) ont évolué entre 12,36% (Rkhami) et 20,71% (Chemlali). Les valeurs élevées sont considérées comme un défaut. Pour conclure, il est important de bien choisir et associer les variétés au niveau des oliveraies, et si certaines s’avèrent peu performantes, cas de la variété Chétoui fortement alternante, il est possible de la remplacer par des variétés secondaires plus performantes et ayant prouvé leur adaptation dans les zones de prédilection.

Mots clés : Variété locale, vigueur, pomologie, rendement, composition de l’huile.

Performance of the secondary olive varieties

(Olea europaea L.,) in Tunisia

Abstract: This work was carried out in northern Tunisia in order to evaluate the performances of the secondary olive varieties (Barouni, Beldi, Dokhar, Rkhami, Kessi, Gerboui, Zarrazi, Zalmati, Zarzane, Chamchali, Tounsi, Gemri, Dhahbia, Besbassi, Gtar et Oueslati) of ten years old, cultivated intensively under deficit irrigation regimes (64%ETc). Results were compared to those obtained for the main olive varieties, i.e., Chétoui and Chemlali cultivated in the same area and elsewhere. It appeared that olive varieties Chemlali, Zarzane and Doukhar are the most vigorous, with average canopy volumes >15%, annual shoot growth ranging between 25 and 35% and soil cover > 20%. This latest should be considered for each variety individually when estimating the crop water needs because it varies greatly with cultivars. The seasonal recovery of 64% ETc was suitable for most varieties, although some of them showed some fruit diameter shrinkage during the stage 2, this was seen for Sayali (-20.7%), Dhahbia (-3%) and Chemlali (-8%), that’s why water distribution was re-adjusted after flowering. On the basis of the WUE, varieties were classified. The cultivars Barouni and Zarrazi provided WUEfruit >1 mm/m3, while the cvs., Souihli, Chemchali, Beldi, Chétoui, Zarzane, Rkhami and Dhahbia had WUEproduction>1 kg/m3. Results relative to oil analysis, showed values of oil content varying between 8.5% (Rkhami) and 20.9% (Barouni) following the cultivar, with values exceeding 15% for Barouni, Sayali and Chétoui. The two latest presented high levels of oleic acid (70%) which is higher than that recorded for the Chétoui cv., (62%), which is widespread in northern Tunisia. Values of the Palmitic acid (C16:0) ranged between 12.36% (Rkhami) and 20.71% (Chemlali). The high level is considered as a default. To conclude, we can say that the choice of varieties is primordial to get harmonious orchard. Some varieties like Chétoui which is

known for its severe alternate bearing and low yield may be substituted by more performant local cultivars, which are well adapted to the predilection local conditions.

Key words: local variety, vigor, pomology, yield, oil composition